Samedi, 18 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

Marchés en bref

Lundi, 07 janvier 2013

Flashs

Télécommunications. La chaîne de télévision qatarie Al-Jazeera a déclaré le 4 janvier dernier, avoir acquis une chaîne de télévision américaine que l’ex-vice-président américain Al Gore a fondée en 2005. Cette transaction vise à consolider la présence d’Al-Jazeera aux Etats-Unis. Selon les analystes, la valeur totale de la transaction s’élève à 500 millions de dollars.

Bourse. La société de portable iraqienne a déclaré cette semaine le lancement de 25 % de ses parts lors d’une offre publique initiale en Bourse iraqienne, afin d’obtenir un montant de 1,35 milliard de dollars. Cette offre publique initiale est considérée la plus importante depuis l’année 2003.

Télécommunications. La compagnie Quetel, détenue par le gouvernement qatari, a déclaré avoir acquis 15 % de la compagnie de télécommunications tunisienne Tunisiana. La valeur de cette acquisition s’élève à 360 millions de dollars. Par cette transaction, la part de Quetel dans Tunisiana s’élèvera à 90 %. Le gouvernement tunisien a annoncé que sa part atteignant 10 % actuellement pourrait être lancée à la souscription en 2014.

Immobilier. La compagnie émirati d’investissement immobilier Damac a déclaré qu’elle allait recourir à l’arbitrage international contre le gouvernement égyptien demandant une indemnisation par ce dernier d’un montant de 5 milliards de dollars au sujet d’un différend sur le prix d’un terrain vendu avant la révolution.

Dollars. Les 3 banques publiques égyptiennes (Misr, Ahly et Le Caire) vont transférer entre 300 et 350 millions de dollars de l’étranger, afin de pouvoir affronter la demande accrue sur le marché suite aux spéculations des derniers jours.

Le Chiffre

30 %

C’est le taux des transferts d›argent de l'étranger vers l'Egypte en 2012, soit 13 milliards USD. Il reflète une hausse de 10 % de plus contre 20 % en 2011. Cette hausse a été justifiée par l’augmentation des transferts des émigrés illégaux ainsi que des transferts des Egyptiens travaillant à l’étranger. Selon Salwa Al-Antary, l’économiste au Département de recherche auprès de la Banque Ahly, ce phénomène est dû au fait que les Egyptiens travaillant à l’étranger ont voulu soutenir politiquement le régime islamiste pour réaliser des gains politiques et économiques. Alors que Basinthe Fahmy, économiste, précise que la hausse des transferts reflète leur volonté à soutenir l’économie.

A la loupe

Les Sukuk posent problème

Le projet de loi sur les Sukuk islamiques souverains présenté par le ministère des Finances à l’Académie de recherche islamique a été refusé en raison de la menace qu’il représente s’il donne le droit aux investisseurs étrangers de louer ou de posséder des actifs égyptiens. Ce refus a ressuscité le grand conflit entre le Parti Liberté et Justice (PLJ, islamiste) et le ministère des Finances, accusant ce dernier de présenter un projet de loi défaillant sans retenir les propositions du PLJ. Pour mettre fin à ce différend, le gouvernement a dû remplacer le ministre des Finances Momtaz Al-Saïd par Al-Morsi Al-Sayed Hégazi, qui représente l’opinion islamique. Par ce remaniement ministériel, le PLJ a été en mesure de présenter son propre projet de loi au Comité économique du Conseil consultatif, la Chambre haute du Parlement, en charge pour l’instant du pouvoir législatif.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique