Mercredi, 29 mai 2024
Economie > Energie >

BP prévoit un impact négatif sur ces activités en raison de la dépréciation de la livre égyptienne

Racha Darwich , Mardi, 09 avril 2024

BP a indiqué qu’en raison de la baisse de la valeur de la livre égyptienne, ses activités connaîtront un impact négatif de 200 millions de dollars avec une augmentation de sa dette nette et des dépenses en capital.

Bp
Un panneau dans une station-service BP à Londres. Photo : AP

Dans un communiqué publié mardi 9 avril, la compagnie pétrolière britannique BP a annoncé qu’elle prévoyait que ses activités en Egypte soient négativement affectée de 200 millions de dollars en raison de la dépréciation de la livre égyptienne, a rapporté Bloomberg Asharq.

La compagnie britannique détient des parts dans 4 projets gaziers en Egypte dont le plus grand se trouve dans l’ouest du delta du Nil, et en 2017, elle a acheté à la compagnie italienne Eni, 10% du champ de gaz de Zohr.

En marge de la conférence d’Egypte 2024, BP s’étaient engagée à injecter de nouveaux investissements allant jusqu’à 1,5 milliard de dollars dans les activités de développement et d’exploration en Egypte au cours des prochaines années, avec un potentiel d’investissements supplémentaires allant jusqu’à 5 milliards de dollars.

Ces dépenses proviendront exclusivement de BP et font suite à l’annonce de la compagnie londonienne qu’elle formera une coentreprise axée sur le gaz en Egypte, avec ADNOC. Ce partenariat, qui devrait s’achever au second semestre, comprendra des participations dans 3 des concessions de développement de BP ainsi que des projets d’exploration. L’ADNOC apportera une « contribution monétaire proportionnelle » pour aider à financer les opportunités de croissance futures.

BP s’attend à enregistrer une solide performance de ses activités au cours du premier trimestre, avec une nette amélioration des résultats d’achat et de vente de pétrole.

L’augmentation du commerce s’est accompagnée d’une augmentation de la production de pétrole et de gaz et d’une amélioration des marges bénéficiaires dans les activités de raffinage de la compagnie.

Le géant de l’énergie a bien terminé 2023, après avoir souffert plus tôt dans l’année en raison de la démission soudaine de son PDG, Bernard Looney. Au quatrième trimestre, la société a enregistré des bénéfices supérieurs aux attentes et a accéléré les rachats d’actions. Ce qui a fait grimper ses actions.

Cependant, elle a déclaré qu’elle s’attendait à l’augmentation de sa dette nette au premier trimestre, reflétant l’augmentation de son capital actif, des dépenses en capital et des revenus du désinvestissement.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique