Samedi, 25 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

Le blé au centre d’intérêt du gouvernement

Marwa Hussein , Samedi, 06 mai 2023

Le ministère de l’Approvisionnement multiplie les initiatives pour assurer la disponibilité des denrées alimentaires essentielles, notamment le blé. Focus.

Le blé au centre d’intérêt du gouvernement

Dans un contexte de guerre et d’inflation mondiale, la production et le commerce des produits alimentaires sont bien en danger. Les céréales inquiètent le plus vu leur importance comme aliments de base dans beaucoup de pays. L’Egypte, premier importateur mondial de blé, veut s’assurer que la denrée la plus consommée par la population soit disponible. Ainsi, Ali Al-Mosselhi, ministre égyptien de l’Approvisionnement et du Commerce intérieur, a déclaré que l’Egypte conclut des accords pour importer du blé en monnaie locale de la Chine et de l’Inde, c’est-àdire en yuan et en roupie. « Nous étudions l’importation de blé de nouvelles origines et l’adoption de la monnaie locale du pays d’où nous importons, et nous nous sommes déjà entendus avec la Chine, l’Inde et les banques commerciales et centrales, mais elles n’ont pas encore signé d’accords officiels », a déclaré le ministre lors d’une conférence de presse le 29 avril. Selon le Département américain de l’agriculture, « la guerre entre la Russie et l’Ukraine a provoqué des perturbations dans l’approvisionnement du blé et du maïs dans la région du Moyen- Orient et de l’Afrique du Nord, y compris l’Egypte. Les impacts de la guerre ont également influencé la disponibilité des devises nécessaires aux importations ». Mosselhi a indiqué que les réserves de blé sont suffisantes pour 2,6 mois, jusqu’au 5 juillet prochain, assurant que le gouvernement poursuit les accords d’importation, tout en devenant plus actif dans l’achat du blé des cultivateurs égyptiens, facteur indispensable pour assurer les quantités requises pour le blé subventionné. Selon le ministre, l’approvisionnement en blé local a jusqu’à présent atteint des taux considérablement élevés par rapport à l’année dernière, avec environ 365 000 tonnes, contre environ 140 000 tonnes au cours de la même période l’année passée. Des résultats que le ministre estime prometteurs, puisque la saison de récolte vient de commencer.

En effet, le gouvernement a annoncé à la mi-avril qu’il augmentera de 75 % le prix d’achat du blé local par rapport à l’année dernière. Ainsi, les agriculteurs reçoivent cette saison 1 500 L.E. par erdab de blé. Le prix est de 20 % supérieur à celui fixé par le cabinet en janvier (1 250 L.E.) et de près de 75°% supérieur aux 865-885 L.E. par erdab qu’il avait offerts lors de la dernière saison de récolte. Le gouvernement espère acheter environ 4 millions de tonnes de blé local au cours de cette saison. Le ministère de l’Approvisionnement et du Commerce intérieur, représenté par la General Authority For Supply Commodities (GASC), est responsable de la disponibilité du blé, soit à travers l’importation ou l’achat du marché local. Les décisions de la GASC sont suivies par les exportateurs du blé de par le monde, vu qu’elle représente le plus grand acheteur mondial de la denrée. Selon des déclarations d’Ibrahim El-Ashmawy, ministre adjoint de l’Approvisionnement et du Commerce intérieur, la consommation du blé per capita est de 182 kg contre une moyenne mondiale de 72 kg. La consommation du pays en blé est estimée à environ 20 000 tonnes par an dont la moitié est importée. Selon Mosselhi, la production égyptienne de blé oscille entre 8,5 et 9 millions de tonnes par an, provenant principalement des petits exploitants, soulignant que le ministère vise à fournir environ 50°% de la production, soit entre 3,8 et 4 millions de tonnes de blé local.

Hausse progressive des prix des produits subventionnés

Lors de la conférence de presse, le ministre a abordé le thème des produits subventionnés. « Le rôle du ministère est de maintenir l’équilibre général sur le marché, et nous continuerons à le faire jusqu’à ce que le défi de fournir facilement des devises au secteur privé soit surmonté », a dit le ministre, soulignant que pour la première fois, le ministère, représenté par la GASC, a importé du maïs jaune, en utilisant une partie des crédits alloués à l’importation de blé. Le ministère a ainsi importé environ 110 000 tonnes de maïs, qui ont été offertes il y a deux semaines, par le biais de la Bourse des produits, aux producteurs d’aliments pour volailles, en particulier les moyennes et petites, au prix de 13 600 L.E. la tonne, contre 18 000 à 18 500 L.E. la tonne sur le marché.

Les perturbations des prix et de la disponibilité de produits alimentaires se sont multipliées sur le marché égyptien depuis fin de 2022, affectées par l’inflation mondiale et la pénurie de devises étrangères dans le pays, ce qui pousse le gouvernement à reconsidérer ses politiques. « Le gouvernement va commencer à augmenter progressivement les prix des produits vendus aux détenteurs de cartes d’approvisionnement », a déclaré Mosselhi. La révision des prix commencera « dans les prochains jours°», a déclaré le ministre, ajoutant que sans augmentation des prix, « le gouvernement ne sera en mesure ni de financer ni de fournir ces produits ».

« Les prix des produits inclus dans les cartes d’approvisionnement ne reflètent pas la réalité. Le gouvernement considère augmenter les prix afin de pouvoir continuer à les fournir et non pas pour réaliser des profits. Le riz est vendu actuellement à 10 L.E. le kilo alors qu’il se vendait à 14 L.E. Nous avons importé du riz de l’Inde que nous allons vendre à 20 L.E. », souligne le ministre. « La grande différence des prix crée de mauvaises pratiques et en conséquence, nous recevons des plaintes que les produits comme le riz, l’huile et le sucre n’arrivent pas aux destinateurs », poursuitil. « L’idée est d’augmenter progressivement les prix sur plusieurs mois », a expliqué le ministre. En effet, le gouvernement a dû augmenter les subventions alimentaires pour l’exercice 2023- 2024 en leur accordant 127,7 milliards de L.E. Une hausse de 42 % par rapport à l’exercice en cours.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique