Jeudi, 13 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

Hausse des salaires et des pensions

Marwa Hussein , Mercredi, 08 mars 2023

Le gouvernement a annoncé une série de mesures financières, dont une hausse des salaires du secteur public et des pensions, pour pallier les effets de l’inflation et de la dévaluation de la monnaie nationale.

Hausse des salaires et des pensions
Le gouvernement a augmenté le salaire minimum dans le secteur public de près de 50 % depuis juillet. (Photo : Bassam Al-Zoghby)

Le 2 mars, le président Abdel-Fattah Al-Sissi a annoncé une série de hausse des salaires dans le secteur public, des pensions de retraite, du salaire minimum des fonctionnaires, ainsi qu’un nouveau seuil d’exonération de l’impôt sur le revenu. Selon la décision, à partir du 1er avril, tous les fonctionnaires du secteur public recevront une augmentation minimale de 1 000 L.E. de leur salaire mensuel. De même, le salaire minimum mensuel augmentera de 17 % pour atteindre 3 500 L.E. Le salaire minimum des employés aux qualifications avancées augmentera également. Ainsi, les titulaires d’un master recevront au moins 6 000 L.E. par mois et les titulaires d’un doctorat recevront au minimum 7 000 L.E. Il s’agit de la troisième hausse du salaire minimum au cours de l’exercice fiscal en cours qui a commencé en juillet 2022 ; le gouvernement ayant augmenté le salaire minimum dans le secteur public de près de 50 % depuis juillet, date à laquelle il était fixé à 2 400 L.E. par mois. Un deuxième ajustement a été effectué en octobre, le portant à 3 000 L.E. « Le gouvernement a augmenté les prix à plusieurs reprises. En général, les allocations aux salaires dans le budget ont passé de 181 milliards de L.E. en 2016-17 à 313,1 milliards de L.E. en 2022-23 », souligne Mohamed Shadi, économiste au Centre égyptien de la pensée et des études stratégiques, révélant que 5,8 millions de fonctionnaires et employés publics bénéficieront de la hausse des salaires. Environ 11 millions de retraités bénéficieront de la hausse des pensions, selon le président de l’Organisme national pour l’assurance sociale, Gamal Awad.

La décision d’augmenter les salaires a coïncidé avec la décision de relever les prix de l’essence. « La hausse des salaires vise surtout à alléger le fardeau sur les classes pauvres et moyennes, alors que la hausse des prix de l’essence affecte surtout les plus riches », estime Shadi. En fait, l’inflation en Egypte a connu d’importantes hausses pendant l’exercice en cours, alimentée par l’inflation mondiale et la dévaluation de la livre égyptienne face au dollar. L’inflation annuelle en Egypte a atteint un nouveau record en janvier, enregistrant 26,5 % contre 21,9 % en décembre. En janvier 2022, l’inflation n’était que de 8 %, avant de grimper suite au déclenchement de la guerre en Ukraine en février de l’année dernière.

Outre la hausse des salaires, le gouvernement a décidé de relever le seuil d’exonération de l’impôt sur le revenu des particuliers à 30 000 L.E. contre 24 000 L.E. actuellement. Les bénéficiaires du programme de soutien social Takafol wa Karama verront une augmentation de 25 % des transferts monétaires. Le gouvernement avait déjà ajouté 1 million de familles au programme dans le cadre de deux séries de soutien supplémentaire l’année dernière, portant le nombre total des bénéficiaires à 20 millions. Par ailleurs, le Conseil national des salaires examinera un nouveau salaire minimum pour les travailleurs du secteur privé et discutera de la question avec les entreprises après la mise en place des changements salariaux dans le secteur public, a déclaré Magdy El Badawy, membre du conseil, à la chaîne de télévision Al-Hayah Al-Youm. Le conseil avait relevé en janvier le salaire minimum des travailleurs du secteur privé de 2 400 L.E. à 2 700 L.E.

Le ministère des Finances a annoncé que les nouvelles hausses coûteront environ 150 milliards de L.E., dont 55 milliards par an pour la hausse des pensions, 14 milliards pour la hausse des salaires du secteur public et 6,5 milliards pour augmenter les transferts monétaires du programme Takafol wa Karama. Le chiffre total couvre le coût estimé des mesures à la fois pour le dernier trimestre de l’exercice en cours et pour l’exercice 2023-2024.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique