Dimanche, 03 mars 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

PERSPECTIVES 2023 : Résilience économique

Gilane Magdi , Mercredi, 21 décembre 2022

Les banques d’investissement prévoient en 2023 un recul de la croissance, qui restera comprise entre 4 et 5 % malgré le conflit ukrainien.

Résilience économique
Sept secteurs ont contribué le plus à la croissance du PIB, dont la communication et la construction. (Photo : Reuters)

Les banques d’investissement nationales et les institutions internationales révisent en permanence leurs prévisions pour 2023 des indicateurs économiques, tel le taux de croissance du PIB et d’inflation, en raison de la crise ukrainienne et de la situation économique mondiale instable. « Nous avons prévu un taux de croissance de 5,6 % pour l’année financière 2022-2023 au début de cette année. Mais nous avons révisé cette estimation à la baisse à 4 % », prévoit à l’Hebdo Amr El-Alfy, président du département des recherches au sein de la banque d’investissement Prime Holding, en ajoutant qu’ils travaillent actuellement sur une autre révision des indicateurs économiques et les nouveaux chiffres seront publiés dans le rapport annuel de la banque en janvier. La prévision de Prime est inférieure à celle de la banque d’investissement Naeem Holding qui prévoyait un taux de croissance de 5 % en 2023.

Les estimations des banques d’investissement vont dans le sens des prévisions gouvernementales ayant révisé à la baisse la croissance du PIB de 5,5 % à 5 %. « Malgré les crises successives au niveau mondial, l’économie égyptienne va réaliser un taux de croissance de 5 % pendant l’année financière 2022-2023. Le plus important est que cette croissance soit réelle, provenant des secteurs réels de l’économie égyptienne tels que l’agriculture, le tourisme et le Canal de Suez », a déclaré la ministre de la Planification et du Développement économique, Hala Al- Saïd, le 5 décembre. Selon la ministre, le recul prévu du taux de croissance au niveau national intervient dans un climat mondial plein d’incertitude et du recul du taux de croissance du PIB mondial. « Le taux de croissance mondial a été révisé à la baisse par les institutions internationales telles que le Fonds Monétaire International (FMI) de 2,7 à 2 % seulement en 2023. De même, les taux de croissance dans les trois économies principales (Etats-Unis, Chine et Union européenne), contrôlant plus de la moitié de la production mondiale, seront aussi ralentis en 2023 », explique la ministre, en ajoutant que la politique d’austérité adoptée par les Banques Centrales dans les pays du monde, y compris l’Egypte pour lutter contre l’inflation, renchérit le coût d’emprunt et conduit à un ralentissement de la croissance économique. La Banque Centrale européenne a annoncé le 15 décembre la révision à la baisse des perspectives de croissance dans la zone euro de 0,9 % à 0,5 % en 2023 prévoyant une croissance de 1,9 % en 2024.

Selon les chiffres du ministère de la Planification, l’économie égyptienne a réalisé un taux de croissance de 6,6 % pendant l’année financière 2021-2022 et 4,4 % pendant le premier trimestre de l’année 2022-2023. Le communiqué de presse du ministère a identifié les 7 secteurs qui ont le plus contribué au PIB au cours du premier trimestre, à savoir : l’agriculture, le commerce, la restauration et l’hôtellerie, la construction, les activités immobilières et les services aux entreprises, la communication et l’information. Amr El-Alfy prévoit que les secteurs de communication et de construction vont poursuivre leurs contributions importantes dans la croissance économique pendant l’année prochaine.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique