Jeudi, 18 juillet 2024
International > Afrique >

Soudan: le Conseil de sécurité de l'ONU se penche jeudi sur le "siège" d'une ville au Darfour

AFP , Jeudi, 13 juin 2024

Darfour
Des femmes déplacées font part de leurs préoccupations auprès de Casques bleus de la MINUAD au camp de Zam Zam, au Nord Darfour. Photo : UN

Le Conseil de sécurité de l'ONU se prononce jeudi sur un projet de résolution exigeant la fin du "siège" d'el-Facher par les paramilitaires et la fin des combats autour de cette grande ville du Darfour où sont piégés des centaines de milliers de civils.

Le texte préparé par le Royaume-Uni, vu par l'AFP, "exige que les Forces de soutien rapide mette un terme au siège d'el-Facher, et appelle à l'arrêt immédiat des combats et à la désescalade dans et autour d'el-Facher".

Depuis avril 2023, le Soudan est le théâtre d'une guerre meurtrière opposant l'armée dirigée par le général Abdel Fattah al-Burhane et les paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR) de son ex-adjoint devenu rival, le général Mohamed Hamdane Daglo.

Seule capitale des cinq Etats du Darfour à échapper au contrôle des FSR, el-Facher avait longtemps été relativement épargnée par les combats. La ville accueillant de nombreux réfugiés faisait office de hub humanitaire pour cette vaste région de l'Ouest du Soudan menacée par la famine.

Mais le 10 mai, des combats intenses y ont éclaté, faisant craindre un nouveau tournant "alarmant" dans le conflit, selon le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres.

Le projet de résolution appelle également "au retrait de tous les combattants qui menacent la sécurité des civils". Il appelle toutes les parties à permettre aux civils qui le souhaitent de quitter el-Facher "conformément au droit international".

Le texte demande également à Antonio Guterres de présenter des "recommandations" pour améliorer la protection des civils au Soudan.

En mars, le Conseil de sécurité avait appelé à un cessez-le-feu "immédiat" pendant le mois du ramadan qui commençait quelques jours plus tard, une résolution qui n'avait pas été suivie d'effet.

Le nouveau projet de résolution appelle les parties à se mettre d'accord sur un cessez-le-feu immédiat, et à lever les obstacles à l'accès humanitaire, au moment où la famine menace des millions d'habitants. Il demande en particulier la réouverture du point de passage transfrontalier d'Adre, entre le Tchad et le Soudan.

Il appelle enfin tous les Etats membres à "s'abstenir de toute ingérence extérieure visant à fomenter conflit et instabilité" et réclame le respect de l'embargo sur les armes, sans nommer aucun pays.

Dans leur rapport publié en janvier, les experts chargés par le Conseil de surveiller le régime de sanctions, avaient dénoncé les violations de l'embargo sur les armes, pointant du doigt plusieurs pays, dont les Emirats arabes unis accusés d'envoyer des armes aux FSR.

 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique