Lundi, 17 juin 2024
International > Afrique >

L'ONU demande un milliard de dollars pour l'aide en Ethiopie

AFP , Mardi, 16 avril 2024

Éthiopie
Des enfants mangent du gruau enrichi après la reprise de l'aide alimentaire aux réfugiés dans le camp de Bokolmayo, en Éthiopie. Photo : UN

L'ONU a besoin d'au moins 1 milliard de dollars au cours des trois prochains mois pour maintenir l'aide humanitaire en Ethiopie, frappée par une grave crise alimentaire et où plus de 21 millions de personnes nécessitent une assistance.

"Nous devons nous mobiliser", a déclaré le Coordinateur humanitaire de l'ONU en Ethiopie, Ramiz Alakbarov, à l'AFP avant une conférence des donateurs réunie mardi à Genève.

"La population en Ethiopie a besoin de notre solidarité et de notre soutien", a-t-il insisté.

Les Nations unies estiment à 3,24 milliards de dollars (3 milliards d'euros) les besoins en aide humanitaire de l'Ethiopie pour cette année, notamment pour aider quelque 4 millions de personnes déplacées à l'intérieur du pays.

Jusqu'à présent, moins de 5% de ces besoins financiers sont couverts.

"L'écart reste très large", a déclaré aux journalistes à Genève Shiferaw Teklemariam, le chef de la Commission éthiopienne de gestion des risques (NDRMC).

"Nous devons agir avant qu'il ne soit trop tard", a-t-il dit, ajoutant que le gouvernement éthiopien lui-même avait engagé 250 millions de dollars pour l'aide alimentaire au cours des prochains mois.

Selon le Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), "la situation humanitaire en Ethiopie est critique, mais il existe une fenêtre d'action dès maintenant pour briser la spirale descendante".

La conférence des donateurs, co-organisée par les gouvernements éthiopien et britannique, intervient au lendemain d'un événement similaire pour le Soudan à Paris, qui a permis d'engranger plus de 2 milliards d'euros d'aide.

Le vice-ministre britannique des Affaires étrangères, Andrew Mitchell, a souligné que la situation en Ethiopie était "extrêmement préoccupante".

Londres entend apporter 100 millions de livres (117 millions d'euros) de fonds supplémentaires, élevant son soutien pour 2024 à 198 millions de livres, "notre plus grand programme dans le monde", a-t-il indiqué.

Pas assez d'aide à distribuer

Le bloc européen a annoncé qu'il apporterait plus que 131 millions d'euros, tandis que les Etats-Unis - le plus grand donateur d'aide à l'Ethiopie - ont annoncé qu'ils fourniraient 154 millions de dollars d'aide supplémentaires, portant le total à 243 millions pour l'année fiscale, close le 30 septembre 2024.

"Des millions et des millions de personnes sont confrontées en Ethiopie à une insécurité alimentaire très grave", a déclaré à l'AFP l'administratrice adjointe de l'Agence américaine pour le développement international (USAID), Isobel Coleman.

Sans aide supplémentaire, "les conséquences pourraient être très désastreuses", a-t-elle déclaré, tout en soulignant que des mesures fortes sont nécessaires pour garantir que l'aide parvienne à ceux qui en ont besoin.

L'an dernier, l'USAID et le Programme alimentaire mondial (PAM) de l'ONU avaient interrompu temporairement toute aide alimentaire à l'Ethiopie, au motif de détournements, ce que le gouvernement éthiopien a nié.

M. Ramiz a souligné que la distribution de l'aide avait repris à la suite de réformes rigoureuses, et s'est dit convaincu que le système fonctionnait désormais et que toute l'aide parviendrait à destination.

"Le problème, c'est que nous n'avons pas assez (d'aide) à distribuer", a-t-il dit.

Fin décembre, les autorités de la région du Tigré ont mis en garde contre une famine imminente, due à la sécheresse et aux effets persistants de la guerre qui a opposé pendant deux ans le gouvernement fédéral à cette région du nord du pays. Ces allégations ont été rejetées par le gouvernement éthiopien.

Un accord de paix scellé en novembre 2022 a mis fin à la guerre au Tigré, mais des affrontements ont depuis éclaté dans d'autres régions du pays, notamment dans les régions d'Amhara et d'Oromia.

"Tant que nous n'aurons pas la paix et la sécurité dans le pays - ce qui permettra un accès total aux acteurs humanitaires - nous ne serons vraiment pas en mesure de maîtriser pleinement cette crise humanitaire", a déclaré Mme Coleman.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique