Lundi, 24 juin 2024
International > Afrique >

La Somalie expulse l'ambassadeur d'Ethiopie accusé d'"interférer" dans ses affaires intérieures

AFP , Jeudi, 04 avril 2024

s
Des étudiantes brandissent un drapeau somalien lors d'une manifestation de soutien au gouvernement à propos de l'accord controversé entre l'Ethiopie et la région séparatiste du Somaliland Abdishukri HAYBE. Photo : AFP

La Somalie a ordonné jeudi le départ de l'ambassadeur d'Ethiopie et la fermeture de deux consulats de ce pays qu'elle accuse d'"interférer dans (ses) affaires intérieures", dans un nouvel épisode de tensions entre les deux voisins de la Corne de l'Afrique.

Le ministère somalien des Affaires étrangères a annoncé dans un communiqué avoir, sur décision du gouvernement, notifié à l'ambassadeur Muktar Mohamed Ware de "quitter la Somalie dans les 72 heures", et rappelé son propre ambassadeur à Addis Abeba pour consultations.

Les consulats éthiopiens dans les régions septentrionales du Puntland et du Somaliland doivent également fermer leurs portes et leurs personnels éthiopiens quitter le pays "d'ici une semaine", ajoute le ministère.

Le gouvernement éthiopien n'a pas répondu dans l'immédiat aux demandes de commentaire de l'AFP sur ces mesures.

Dans un communiqué, le gouvernement somalien a expliqué avoir pris ces décisions "après avoir réalisé que le gouvernement éthiopien interfère ouvertement dans les affaires intérieures de la Somalie et viole la souveraineté de la Somalie", sans plus de détails.

Elles interviennent au lendemain de la réception au ministère éthiopien des Affaires étrangères d'une délégation de la région semi-autonome du Puntland, qui a annoncé dimanche ne plus reconnaître "les institutions de l'Etat fédéral" somalien après que le parlement a adopté le passage à un régime présidentiel.

Lors de son point-presse bihebdomadaire, le porte-parole du ministère Nebiyu Tedla a assuré que cette rencontre était prévue de longue date et qu'elle n'avait "pas directement trait à la situation créée entre le Puntland et Mogadiscio". "C'est une coïncidence qu'ils soient venus hier", a-t-il déclaré.

Cette rencontre est venue rajouter aux tensions provoquées par l'annonce le 1er janvier de la signature d'un "protocole d'accord" entre Addis Abeba et la région somalienne séparatiste du Somaliland prévoyant la location pour 50 ans à l'Ethiopie de 20 km de côtes somalilandaises.

Mogadiscio avait immédiatement dénoncé un accord "illégal", une "violation de sa souveraineté" équivalente à une "agression".

 Reconnaissance 

Mogadiscio a exclu toute possibilité de médiation avec l'Ethiopie tant que cette dernière ne se sera pas retirée de l'accord avec le Somaliland.

Le contenu exact de ce texte n'a jamais été rendu public.

Addis Abeba, qui a progressivement perdu son accès à la mer après l'indépendance en 1993 de l'Erythrée, a déclaré qu'il lui permettra de bénéficier d'une base navale et de "services maritimes commerciaux" sur le golfe d'Aden.

Les autorités somalilandaises ont affirmé qu'en échange de cet accès à la mer, l'Ethiopie allait devenir le premier pays à les reconnaître officiellement, ce qu'aucun n'a fait depuis que ce petit territoire de 4,5 millions d'habitants a unilatéralement proclamé son indépendance de la Somalie en 1991.

Le gouvernement éthiopien s'est jusqu'à présent contenté d'affirmer qu'il allait "procéder à une évaluation approfondie en vue de prendre position concernant les efforts du Somaliland pour obtenir sa reconnaissance".

Crispations régionales

Le regain de tensions des derniers mois suscite l'inquiétude de nombreux pays et organisations internationales (Etats-Unis, Chine, Union européenne, Union africaine, Ligue arabe...) qui ont appelé au respect de la souveraineté somalienne et au dialogue.

Le président somalien Hassan Cheikh Mohamoud a accusé Addis Abeba de déstabiliser le pays en donnant "une chance de renaître" aux islamistes radicaux shebab, que les autorités de Mogadiscio combattent depuis 2007.

Ce groupe affilié à Al-Qaïda est un farouche ennemi de l'Ethiopie, qui a mené plusieurs interventions militaires anti-shebab en Somalie, et certains observateurs redoutent que le réveil d'un sentiment anti-éthiopien en Somalie ne leur bénéficie.

L'accord a également ravivé les crispations régionales.

L'Egypte, en conflit ouvert avec l'Ethiopie autour du Grand barrage de la Renaissance construit par Addis Abeba sur le Nil, a ainsi multiplié les déclarations de soutien au gouvernement somalien.

En février, la secrétaire d'État adjointe en charge des affaires africaines Molly Phee avait appelé à l'apaisement, estimant: "Cette région ne peut pas se permettre de conflit supplémentaire".

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique