Mercredi, 17 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Afrique >

Participation active de l'Egypte

Chaïmaa Abdel-Hamid avec agences, Mardi, 31 janvier 2017

Le 28e sommet de l’Union africaine, tenu les 30 et 31 janvier à Addis-Abeba, a été marqué par la réintégration du Maroc au sein de l’organisation et l’élection d’un nouveau président de la Commission africaine.

Participation active de l

Le président Abdel-Fattah Al-Sissi est arrivé dimanche soir dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba, dans le cadre de sa participation au sommet africain, tenu lundi et mardi au siège de l’Union africaine à Addis-Abeba, sous le thème « L’Investissement chez les jeunes ». Le chef de l’Etat était accompagné des ministres de l’Environnement, Khaled Fahmi, de la Santé, Ahmad Emad, ainsi que du ministre des Affaires étrangères, Sameh Choukri, qui se trouvait déjà dans la capitale éthiopienne.

Le président Sissi s’est entretenu lundi avec le premier ministre éthiopien, Hailemariam Desalegn, en marge de sa participation au sommet. « Les relations égypto-éthiopiennes témoigneront d’un bond au cours de la prochaine période, notamment après que les deux pays sont devenus membres non permanents du Conseil de sécurité, en plus du Sénégal », a déclaré dimanche Abou-Bakr Hefny, ambassadeur d’Egypte en Ethiopie. Le président Sissi a eu des entretiens avec les présidents du Kenya et du Congo Brazzaville, durant lesquels il a examiné les moyens de relancer les relations de l’Egypte avec ces deux pays dans les divers domaines, outre les questions inscrites à l’ordre du jour du sommet.

Le président Abdel-Fattah Al-Sissi a aussi participé lundi à une séance à huis clos du sommet africain. Celle-ci est intervenue à la veille de l’ouverture de la séance inaugurale tenue au niveau des présidents et des chefs des gouvernements.

Lors de la réunion, les chefs d’Etat africains se sont prononcés sur les pistes de réforme du fonctionnement et du financement de l’UA. Ils ont étudié le rapport présenté par l’ancien président de la Banque du développement africain, Donald Caberuca, qui comprenait l’idée d’imposer une taxe de 20 % sur les importations africaines, qui serait fournie au Trésor de l’UA. Cette mesure vise à presser les pays membres de l’UA de payer leurs parts des abonnements, pour faire face à la situation financière difficile de l’UA et éviter sa dépendance des contributions extérieures.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique