Mercredi, 26 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Afrique >

Au Soudan, Béchir joue la réconciliation

Sabah Sabet avec agences, Lundi, 24 août 2015

Pour mettre fin aux conflits internes, le prési­dent soudanais Omar Al-Béchir se dit prêt à observer une trêve avec les rebelles afin d'instau­rer un dialogue national.

« Nous sommes disposés à un cessez-le-feu global de deux mois, jusqu’à ce que ce dialogue soit achevé dans un climat sain ». C’est l’annonce cette semaine du président soudanais Omar Al-Béchir devant des membres de l’As­semblée nationale. Un appel adressé aux rebelles. Il s’est dit prêt à une trêve de deux mois pour négocier avec eux, sou­haitant ouvrir un dialogue national et débuter des discussions le 10 octobre prochain.

Béchir, recherché depuis 2009 par la Cour Pénale Internationale (CPI) pour crimes de guerre dans la région du Darfour en conflit, appelle depuis plu­sieurs mois à un dialogue avec les rebelles qui refusent de venir à la table de négociations à Khartoum. « Nous renouvelons notre offre d’amnistie à ceux ayant porté les armes, mais qui voudraient prendre part au dialogue », a-t-il ajouté, tout en soulignant que « ceux qui sont coupables de meurtre ne seront pas libérés ».

Les forces de l’armée soudanaise sont engluées dans une guerre sanglante avec les rebelles dans les Etats du Nil Bleu et du Sud-Kordofan au sud du pays, en plus de confrontations militaires violentes qui font rage dans la région du Darfour depuis 2003. Selon l’Onu, ce conflit a fait plus de 300 000 morts et 2,5 millions de personnes déplacées. Par ailleurs, le président soudanais a remporté en avril/mai derniers un troisième mandat de président depuis 2005. Ainsi, il tente de résoudre les crises les plus graves. « Notre position n’est pas un signe de faiblesse, (mais) nous sommes des parti­sans de la paix, et le plus grand obstacle à celle-ci est le refus par les autres par­ties d’engager un dialogue libre », a poursuivi le président Al-Béchir. Des rebelles du Darfour et du Mouvement de libération du Soudan (SPLM-N) du Nil Bleu et du Sud-Kordofan, qui n’ont tou­jours pas commenté cet appel, devaient rencontrer dans quelques jours le chef de l’Union africaine, Thabo Mbeki, à Addis Abeba, pour discuter du dialogue. Depuis 2003, des insurgés, accusant notamment Khartoum de les marginaliser économi­quement et politiquement, s’opposent à l’armée soudanaise dans la région du Darfour, dans l’ouest du pays. Mais cette demande sera-t-elle facilement accep­tée ?

Hassan Al-Tourabi, chef de l’opposi­tion et du Parti du Congrès populaire, explique que le président soudanais doit fournir d’abord une bonne atmosphère à l’établissement d’un dialogue national fructueux, car les expériences de plu­sieurs partis d’opposition dans ce contexte sont très mauvaises. La majorité de l’opposition avait indiqué précédem­ment qu’elle ne prendrait pas part au dialogue si l’atmosphère n’était pas pro­pice à des négociations. Début 2014, huit partis d’opposition se sont retirés des pourparlers de réconciliation en raison de doutes sur l’avenir des pourparlers et l'intention d’Al-Béchir d’entamer une vraie réconciliation.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique