Dimanche, 23 juin 2024
International > Monde Arabe >

Hamas et le Jihad islamique exigent un cessez-le feu durable et un retrait total des troupes pour conclure un accord

Ahraminfo , Lundi, 10 juin 2024

Le Hamas a critiqué ce qu'il considère comme une « contradiction » entre la proposition du président américain, Joe Biden, et les exigences d'Israël concernant les pourparlers de cessez-le-feu dans la bande de Gaza.

Ismail Haniyeh
Ismail Haniyeh, chef du bureau politique du Hamas. Photo : AFP

Ismaël Haniyeh, chef du Hamas, a reçu lundi 10 juin, à Doha, une délégation du Jihad islamique palestinien, présidé par Ziad Al-Nakhala, le secrétaire général et son adjoint Mohammed Al-Hindi.

Au cours de leur visite actuelle à Qatar, les dirigeants palestiniens ont discuté des répercussions de l’agression israélienne sur la bande de Gaza.

Les deux délégations ont souligné la nécessité de l’unité de la résistance palestinienne.

Les deux mouvements palestiniens ont convenu que l'accord doit inclure un cessez-le-feu permanent, un retrait total des troupes israéliennes de la bande, la reconstruction de la Bande de Gaza, la fin du blocus israélien et un accord sérieux d’échange des otages.

Haniyeh et Al-Nakhala ont également discuté de la situation des prisonniers dans les territoires occupés et les crimes commis envers les Palestiniens.

Le mouvement du Hamas avait critiqué ce qu'il considère comme une « contradiction » entre la proposition du président américain, Joe Biden, et les exigences d'Israël concernant les pourparlers de cessez-le-feu dans la bande de Gaza. 

Cependant, Ismaïl Haniyeh, chef du bureau politique du Hamas, a affirmé jeudi 6 juin que le mouvement et les factions de la résistance traiteront sérieusement et positivement tout accord basé sur un arrêt permanent de l'agression, un retrait complet et un échange de prisonniers.

« L'occupation ne veut qu'une étape au cours de laquelle elle garantirait la libération des prisonniers et reprendra ensuite son agression et sa guerre contre notre peuple, l’occupation ne veut pas de cessez-le-feu, ni aboutir à des résultats concrets », s’est indigné Oussama Hamdane, un haut responsable du Hamas.

Le Hamas a critiqué ce qu'il considère comme une « contradiction » entre la proposition du président américain, Joe Biden, et les exigences d'Israël concernant les pourparlers de cessez-le-feu dans la bande de Gaza.

Le mouvement devait soumettre samedi 8 juin aux médiateurs sa réponse au plan du président américain. Mais, le massacre de Nousseirat ayant coûté la vie à plus de 270 Palestiniens est venu suspendre toutes négociations. 

Alors que les efforts diplomatiques pour arracher une trêve piétinent, le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken, est arrivé lundi 10 juin au Caire dans le cadre d'une tournée au Proche-Orient visant à relancer les négociations en faveur d'une trêve et promouvoir une proposition de cessez-le-feu. 

Dans le même contexte, le président américain et 16 autres dirigeants, principalement d'Europe et d'Amérique latine, ont exhorté jeudi le Hamas à accepter la proposition de cessez-le-feu actuellement sur la table.

Le plan prévoit un cessez-le-feu de six semaines accompagnées d'un retrait israélien des zones densément peuplées de Gaza, de la libération de certains otages retenus dans le territoire palestinien, notamment des femmes et des malades, et de prisonniers palestiniens détenus par Israël.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique