Vendredi, 12 juillet 2024
International > Monde Arabe >

L'Egypte condamne dans les termes les plus fermes les attaques israéliennes contre le camp de Nousseirat ayant fait 210 morts

AFP , Ahraminfo , Samedi, 08 juin 2024

« Aux orgnisations internationales influentes et au Conseil de sécurité de prendre des mesures responsables afin de mettre fin à cette crise humanitaire qui a coûté la vie à plus de 36 000 martyrs : minsitère égyptien des Affaires étrangères.

s
Les Palestiniens évacués avec leurs biens à la suite d’une opération des forces spéciales israéliennes dans le camp de Nuseirat, dans le centre de la bande de Gaza. Photo : AFP

L’Egypte a condamné dans les termes les plus fermes, dans un communiqué publié le 8 juin 2024, sur la page officielle du ministère des Affaires étrangères, les attaques israéliennes contre le camp de Nousseirat, dans le centre de la bande de Gaza ayant coûté la vie à 210 Palestiniens.

Les attaques ont entraîné la mort de plus de 210 civils palestiniens et blessé des centaines d'autres, en violation flagrante à toutes les dispositions du droit international, du droit international humanitaire, et de toutes les valeurs de l’humanité et des droits de l’homme.

De ce fait, Israël est tenu par l’Egypte la responsable légale et morale de cette attaque flagrante.

L’Egypte exige qu'Israël respecte ses obligations, en tant que force d'occupation et qu'il mette fin au ciblage aveugle des civils palestiniens, y compris les zones vers lesquelles ils ont été déplacés.

Comme à mettre fin à la destruction de tous les services d’infrastructure dans la bande de Gaza.

L'Egypte a appelé les parties internationales influentes et le Conseil de sécurité à intervenir immédiatement pour mettre fin à la guerre israélienne contre la bande de Gaza.

« Aux parties internationales influentes et au Conseil de sécurité, de prendre des mesures responsables afin de mettre fin à cette crise humanitaire qui a coûté la vie à plus de 36 000 martyrs », a indiqué le communiqué.

L’Egypte a également souligné la nécessité de parvenir à un cessez-le-feu dans toute la bande de Gaza.

Plus de 210 martyrs à Nousseirat 

Le nombre de victimes du massacre perpétré par l'occupant israélien dans le camp de Nousseirat s'élève à 210 martyrs et plus de 400 blessés, a indiqué le service de presse du gouvernement du Hamas dans un communiqué qui ne mentionne pas la libération d'otages.

Le mouvement palestinien Hamas avait annoncé samedi un bilan d'au moins 210 morts dans des attaques israéliennes sur le camp de Nousseirat, dans la centre de la bande de Gaza, où quatre otages ont été libérés, selon Israël.

"Notre peuple ne se rendra pas et la résistance va continuer à défendre nos droits face à cet ennemi criminel", a déclaré dans un communiqué Haniyeh, chef politique du Hamas basé au Qatar.

Il s'est exprimé après une opération de l'armée israélienne dans le centre de la bande de Gaza qui a permis la libération de quatre otages retenus à Gaza, selon Israël. 

L'armée israélienne a annoncé samedi avoir libéré quatre otages israéliens, en vie, lors d'une opération militaire "difficile" à Nousseirat, dans le centre de la bande de Gaza. 

Cependant, Ismaïl Haniyeh, chef du bureau politique du Hamas, a affirmé jeudi dernier que le mouvement et les factions de la résistance traiteront sérieusement et positivement tout accord basé sur un arrêt permanent de l'agression, un retrait complet et un échange de prisonniers.

« L'occupation ne veut qu'une étape au cours de laquelle elle garantirait la libération des prisonniers et reprendra ensuite son agression et sa guerre contre notre peuple, l’occupation ne veut pas de cessez-le-feu, ni aboutir à des résultats concrets », s’indigne Oussama Hamdane, un haut responsable du Hamas.

Le Hamas avait critiqué ce qu'il considère comme une « contradiction » entre la proposition du président américain, Joe Biden, et les exigences d'Israël concernant les pourparlers de cessez-le-feu dans la bande de Gaza.

"Nous ne lâcherons pas tant que nous n'aurons pas réussi la mission et ramené tous nos otages à la maison, les vivants et les morts", a annoncé Netanyahu depuis la salle supervisant les opérations de l'armée israélienne.

Le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, a affirmé samedi que la "résistance" allait "continuer" après l'assaut de l'armée israélienne dans un camp de la bande de Gaza, qui a fait au moins 210 morts, selon le mouvement palestinien. 

Les Etats-Unis mobilisés 

​Le président américain Joe Biden a assuré samedi à Paris, après la libération de quatre otages israéliens à Gaza, que les Etats-Unis continueraient à se mobiliser jusqu'à ce que "tous" le soient.

"Nous ne cesserons d'oeuvrer jusqu'à ce que tous les otages soient rentrés chez eux", a-t-il déclaré.

"Nous nous félicitons des quatre otages libérés ce jour", a renchéri son homologue français Emmanuel Macron.

Plus tôt samedi, l'armée israélienne avait annoncé la libération de quatre otages dans une opération militaire "difficile" dans le centre de la bande de Gaza.

Il s'agit de Noa Argamani, 26 ans, d'Almog Meir Jan, 22 ans, Andrey Kozlov, 27 ans, et de Shlomi Ziv, 41 ans, enlevés par le Hamas le 7 octobre sur le site du festival de musique electro Nova, a précisé l'armée.

Les otages, selon la même source, sont "en bonne santé".

Jake Sullivan, le conseiller à la sécurité nationale de Joe Biden, a salué dans un communiqué "le travail des services de sécurité israéliens qui ont mené cette opération.

Le haut responsable américain a également à nouveau souligné la nécessité de conclure l'accord "actuellement sur la table" entre les parties à Gaza, qui inclut un cessez-le-feu et une libération des otages.

"Cet accord revêt le plein soutien des Etats-Unis et a l'appui de pays à travers le monde", notamment "les 16 pays dont des ressortissants sont encore détenus par le Hamas", a poursuivi Jake Sullivan.

Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, se rendra la semaine prochaine au Moyen-Orient pour promouvoir cette proposition de cessez-le-feu entre Israël et le Hamas.

Emmanuel Macron a affiché samedi son soutien à "la proposition d'accord global des Etats-Unis après neuf mois de conflit" à Gaza.

"Nous voulons parvenir à un cessez le feu immédiat et ouvrir la perspective d'une solution politique, la seule à même de créer les conditions pour une paix juste et durable", a déclaré le président français. 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique