Lundi, 17 juin 2024
International > Monde Arabe >

Berlin exige une plus grande protection des civils à Rafah

AFP , Jeudi, 16 mai 2024

Rafah
Les Palestiniens qui ont fui Rafah dans le sud de la bande de Gaza arrivent avec leurs biens à Khan Yunis. Photo : AFP

La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a réclamé jeudi une plus grande protection des civils à Rafah, au moment où Israël intensifie ses opérations dans cette ville du sud de Gaza.

La cheffe de la diplomatie allemande s'est dite "profondément préoccupée par les opérations actuelles de l'armée israélienne à Rafah", soulignant que des milliers de personnes n'avaient "plus aucun endroit sûr où s'enfuir".

"La protection de la population civile doit être la première des priorités", a insisté Mme Baerbock dans un communiqué. "Cela ne se voit pas à l'heure actuelle", a-t-elle critiqué.

Le 7 mai, l'armée israélienne a pénétré avec ses chars dans le secteur est de Rafah et pris le point de passage du même nom.

L'entrée s'est faite en dépit des avertissements des États-Unis selon lesquels environ 1,4 million de civils réfugiés dans cette zone pourraient être touchés par des tirs croisés.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, estime lui que "la catastrophe humanitaire" à Rafah a été évitée par Israël, affirmant que "près d'un demi-million de personnes" -- 600.000 selon l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) -- avaient évacué la zone des combats.

L'Allemagne, un des principaux soutiens d'Israël, "s'engage à défendre" sa sécurité, a réaffirmé Mme Baerbock, mais "cela implique aussi de tout faire pour qu'Israël ne se perde pas lui même dans cette guerre".

Même si le Hamas pourrait "immédiatement mettre fin aux souffrances des populations à Gaza" en libérant les otages israéliens, il est clair aussi que la guerre contre le mouvement islamiste ne peut être gagnée "seulement militairement", a-t-elle dit.

Priver les civils de biens de première nécessité provoque "de nouvelles souffrances et de nouvelles haines", a-t-elle prévenu.

Les opérations militaires israéliennes à Gaza ont été lancées en représailles à l'attaque du Hamas du 7 octobre en Israël qui a tué plus de 1.170 personnes, pour la plupart des civils, selon un bilan de l'AFP établi à partir de données officielles israélienne. Plus de 250 personnes ont été enlevées.

Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé jeudi un nouveau bilan de 35.272 morts dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique