Vendredi, 19 juillet 2024
International > Monde Arabe >

L'armée israélienne étend l'évacuation de quartiers de Rafah

AFP , Samedi, 11 mai 2024

Rafah
Des Palestiniens chargent leurs affaires à l’arrière d’un camion alors qu’ils fuient Rafah dans le sud de la bande de Gaza vers un endroit plus sûr. Photo : AFP

L'armée israélienne a étendu samedi 11 mai l'évacuation de l'est de Rafah, entamée en début de semaine, en enjoignant la population de quartiers supplémentaires de cette ville du sud de la bande de Gaza à se déplacer "immédiatement".

"A tous les résidents et déplacés de la zone de Rafah, y compris les camps de Rafah, Shaboura, les quartiers administratifs, Jeneina et Khirbet al-Adas (....) vous vous trouvez dans une zone de combat dangereuse!", prévient l'armée dans des tracts, SMS et notes vocales.

Les quartiers cités sont situés dans la continuité ouest de ceux déjà évacués depuis lundi.

L'armée israélienne va "bientôt agir avec force contre les organisations terroristes dans votre secteur", y est-il écrit, et il est demandé aux habitants de "se diriger immédiatement vers la zone humanitaire" d'al-Mawasi, à une dizaine de kilomètres plus à l'ouest, le long de la plage dans l'ouest de la ville.

Dans ce message, Avichay Adrae précise que des ordres d'évacuation ont également été émis pour les résidents de quartiers de Jabaliya et Beit Lahiya, dans le nord de la bande de Gaza.

Lundi, l'armée israélienne avait déjà, en vue d'une opération "terrestre" que la communauté internationale exhorte à cesser, appelé à l'évacuation de quartiers de l'est Rafah où s'entassent 1,4 millions de Palestiniens poussés à l'extrême sud du territoire après plus de sept mois de guerre.

"Malheureusement, l'hôpital koweïtien spécialisé fait désormais partie des lieux menacés d'évacuation. Il n'y a pas d'autre endroit où les patients et les blessés peuvent se rendre", déplore Saheb al-Hams, directeur de l'établissement.

"Nous demandons maintenant une protection internationale immédiate de cet hôpital. Il n'y a pas d'autre endroit où les patients et les blessés peuvent se rendre", plaide-t-il dans un message vidéo adressé à la presse.

Ces injonctions surviennent alors que l'artillerie israélienne continue de frapper Rafah et d'autres villes de Gaza.

La guerre a éclaté le 7 octobre, Israël a promis de détruire le Hamas, au pouvoir à Gaza depuis 2007, et son offensive ayant fait jusqu'à présent 34.943 morts, selon le ministère de la Santé de Gaza.

*Article modifié par Ahraminfo

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique