Samedi, 15 juin 2024
International > Monde Arabe >

La brigade Givati aux portes de Rafah, des forces blindées et d’infanterie israéliennes s’apprêtent pour l’expansion des opérations terrestres : Al-Qahera News

Ahraminfo , Vendredi, 10 mai 2024

L’armée israélienne a poursuivi vendredi 10 mai, les frappes et les tirs d'artillerie contre la ville assiégée.

s
Officier israélien utilisant un émetteur-récepteur sans fil et tenant un téléphone portable à une position dans le cadre de la brigade Givati opérant à l’est de Rafah dans le sud de la bande de Gaza. Photo : AFP

Citant des médias israéliens, la chaîne d’informations égyptienne Al-Qahera News a rapporté que la brigade Givati, principale force d’infanterie de l’armée israélienne, se trouvait aux portes de la ville de Rafah, ajoutant que des forces blindées et d’infanterie s’apprêtaient pour l’expansion des opérations terrestres contre la ville assiégée.

Selon la chaîne égyptienne Al-Qahera News l’armée israélienne a multiplié vendredi 10 mai, les frappes et les tirs d'artillerie sur Rafah qui abrite près de 1,4 million de Palestiniens. La même chaîne a rapporté que les chars israéliens occupent depuis le matin l’axe principal qui sépare l’est de l’ouest de la ville. 

Le cabinet de guerre israélien avait voté jeudi soir en faveur de l'expansion des opérations militaires à Rafah, ont rapporté les médias israéliens. 

L'expansion ne devrait pas franchir les limites de ce que les Etats-Unis considèrent comme « opération majeure ». 

De son côté, le secrétaire général de l'ONU a averti vendredi qu’une attaque terrestre israélienne à Rafah conduirait à une « catastrophe humanitaire colossale ».

« Une attaque terrestre massive à Rafah conduirait à une catastrophe humanitaire colossale et mettrait un terme à nos efforts pour soutenir les populations alors que la famine menace », a-t-il déclaré, lors d'une visite à Nairobi. La situation dans cette ville du sud de la bande de Gaza est « sur le fil du rasoir », a-t-il ajouté.

Lors d’un entretien téléphonique vendredi avec son homologue américain Anthony Blinken, le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, a souligné la nécessité de mettre fin à l'opération israélienne pour ne pas compromettre l'accord de paix égypto-israélien.

Dans le même contexte, une source égyptienne a annoncé que les efforts de médiation de l’Egypte n’empêcheraient pas celle-ci de protéger sa sécurité nationale par tous les moyens.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique