Samedi, 15 juin 2024
International > Monde Arabe >

Infiltration israélienne à Rafah et tentatives de médiation

Ahraminfo , Mardi, 07 mai 2024

Tandis que des chars israéliens ont pris position à Rafah, les efforts de médiation se poursuivent pour tenter d’instaurer une trêve.

Rafah
L’armée israélienne montre des forces israéliennes opérant du côté palestinien du terminal de Rafah entre Gaza et l’Egypte dans le sud de la bande de Gaza. Photo : AP

19:00

La situation à Rafah soulève de multiples questions. Quels sont les scénarios de la confrontation entre le Hamas et Israël ? Interrogé par ahraminfo, Hicham Mourad, professeur de sciences politiques à l’Université du Caire, donne quelques éléments de réponse.

Selon lui, l’attaque israélienne à Rafah, entamée le 6 mai, à deux raisons principales.

« D’abord, le gouvernement israélien veut faire pression sur le Hamas pour libérer les otages. Ensuite, il veut répliquer au Hamas après le tir, il y a quelques jours, à partir de la ville de Rafah, de quatre obus de mortier en direction du territoire israélien, tuant trois soldats de Tsahal, un acte considéré comme impardonnable par l’armée israélienne ».

Les pays arabes, en particulier l’Egypte et le Qatar, sont accusés par Israël de ne pas avoir exercé suffisamment de pression sur le Hamas pour libérer les otages. Or, le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, veut libérer les otages pour réduire la pression interne sur son gouvernement. Le chef du gouvernement israéliens est de plus en plus décrié par les manifestations en Israël qui exigent son départ et la libération des otages.

« Il est très difficile de prévoir la prochaine étape, mais deux scénarios sont possibles. Le premier est que les otages soient libérés après cette escalade militaire, qui dans ce cas cessera immédiatement », explique Mourad.

« Le deuxième scénario est qu’il n’y ait pas d’accord sur la libération des otages. Dans ce cas, l’opération israélienne à Rafah continuera pendant une période inconnue en fonction de la pression internationale », conclut Mourad.

18:50

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a indiqué qu'Israël avait envoyé une délégation auprès des médiateurs au Caire pour négocier un projet de cessez-le-feu dans la bande de Gaza.

Il indique dans un communiqué avoir donné pour consigne à la délégation de "continuer à se montrer ferme sur les conditions nécessaires à la libération" des otages détenus depuis le 7 octobre dans la bande de Gaza, ainsi que sur les conditions "essentielles" pour garantir la sécurité d'Israël. Hamas avait affirmé lundi avoir accepté un projet de trêve soumis par l'Egypte et le Qatar.

18.40 

Le Conseil de guerre israélien tiendra une réunion mercredi 8 mai pour discuter de l'accord d'échange de détenus, ont confirmé mardi les médias israéliens.

18:20

Les factions palestiniennes ont tiré une salve de 30 roquettes sur les colonies de la bande de Gaza, la plus importante de ces derniers mois, affirment mardi les médias israéliens.

18.10

Le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant, a déclaré que l'opération militaire dans la ville palestinienne de Rafah ne s'arrêterait pas jusqu'à l'élimination du Hamas ou le retour du premier détenu en Israël, selon Al-Qahera News.

Le ministre israélien s’est dit prêt à faire un compromis afin de récupérer les détenus, mais si « nous ne parvenons pas à le faire, nous approfondirons l’opération à Rafah palestinienne », a-t-il menacé.

17:30

Des factions palestiniennes ont annoncé, mardi, la mort de Judith Weinstein, 70 ans, une otage israélienne, suite aux graves blessures qu'elle a subies avec un autre prisonnier après un bombardement du lieu de détention depuis un mois, a annoncé, mardi, Abou Obeida, le porte-parole des Brigades al-Qassam, la branche militaire du Mouvement de Hamas, dans une vidéo diffusée sur leur page officielle.

Il a ajouté que la prisonnière est décédée parce qu’elle n’a pas reçu de soins médicaux intensifs en raison de la destruction des hôpitaux par l’ennemi dans la bande de Gaza.

Dans un message adressé à tous les Israéliens, Abou Obeida a déclaré : « La destruction des hôpitaux par votre armée et leur mise hors service ont causé la souffrance et la mort de vos prisonniers, et c’est de cela que souffre notre peuple ».

17:25

Une source égyptienne de haut niveau annonce que Le Caire accueille des réunions avec la participation des délégations du Qatar, des Etats-Unis et du Hamas pour compléter les discussions dans le but de parvenir à une trêve globale dans la bande de Gaza, selon la chaîne égyptienne Al Qahera news.

 

17:45

Le ministre de la Défense et de la Production militaire, Mohamed Zaki, a reçu mardi 7 avril au siège du ministère au Caire, Michael Corella, chef du commandement central américain, et la délégation qui l'accompagne.

Les deux responsables ont évoqué les dossiers régionaux et internationaux, notamment la crise dans la bande de Gaza. Zaki a souligné l'importance de coordonner les efforts pour parvenir à un cessez-le-feu à Gaza et accélérer l’acheminement de l’aide via le terminal de Rafah afin d’atténuer la crise humanitaire à laquelle sont confrontés les Palestiniens.

Pour sa part, Michael Corella a salué le rôle central de l’Egypte dans la stabilité de la région et ses efforts pour trouver une solution à la crise à Gaza, soulignant la volonté de son pays de renforcer le partenariat stratégique entre les forces armées des deux pays. Le chef d’Etat major de l’armée égyptienne, Osama Askar, a également rencontré le chef du commandement central américain. 

17:10

Un dirigeant du Hamas qualifie les discussions au Caire de "dernière chance" pour Israël de récupérer les otages. Un dirigeant du mouvement islamiste palestinien Hamas a averti mardi que les pourparlers prévus en Egypte autour d'un projet de cessez-le-feu dans la bande de Gaza représentaient "la dernière chance" pour obtenir la libération des otages qui y sont détenus. Cela pourrait être la dernière chance (pour Israël) de récupérer les captifs (...) vivants", a-t-il ajouté. 

"La décision d'envahir Rafah montre que (le Premier ministre Benjamin) Netanyahu ont pris la décision de laisser mourir les otages", a-t-il déclaré. 

17:05

La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a mis Israël en garde mardi contre une "offensive majeure" à Rafah, appelant à la réouverture des points de passage avec la bande de Gaza pour acheminer l'aide humanitaire.

Les civils palestiniens déplacés à Rafah "ont besoin de protection et d'une aide humanitaire de toute urgence. Pour cela, les points de passage de Rafah et Kerem Shalom doivent être immédiatement rouverts", a écrit la ministre sur X.

17:00

Le mouvement libanais Hezbollah a déclaré mardi avoir mené deux attaques aux drones explosifs contre des positions militaires dans le nord d'Israël, peu après l'annonce par l'armée israélienne de la mort de deux soldats dans une attaque similaire la veille.

16:50

Les points de passage de Rafah et de Karm Abou Salem, dont la fermeture par Israël coupe l'acheminement d'aide vers Gaza, doivent être rouverts "immédiatement", a exhorté mardi le secrétaire général de l'ONU, appelant le gouvernement israélien à "arrêter l'escalade".

"La fermeture à la fois des points de passage de Rafah et de Karm Abou Salem est particulièrement néfaste pour la situation humanitaire déjà désespérée. Ils doivent être rouverts immédiatement", a déclaré Antonio Guterres à la presse, insistant d'autre part sur le fait qu'un "assaut généralisé" de Rafah serait "une catastrophe humaine".

Dans ces circonstances, "par exemple, nous risquons d'être à court de carburant ce soir", a noté Antonio Guterres.

"J'appelle le gouvernement israélien à arrêter l'escalade et à s'engager de façon constructive dans les discussions diplomatiques en cours", a-t-il ajouté, appelant à la fois Israël et le Hamas à faire preuve de "courage politique" pour parvenir à un accord sur une trêve.

"Après plus de 1.100 Israéliens tués lors des attaques du Hamas du 7 octobre, après plus de 34.000 Palestiniens tués à Gaza, n'en avons-nous pas vu assez?", a-t-il lancé. "Les civils n'ont-ils pas assez subi de mort et de destruction?".

16:45

Un porte-parole du département d’Etat américain  a déclaré à Reuters que les Etats-Unis se sont « clairement exprimés » sur une invasion israélienne majeure de Rafah.

« Nous continuons à croire qu’un accord sur les otages est dans l’intérêt des peuples israélien et palestinien. Il entraînerait un cessez-le-feu immédiat et permettrait une aide humanitaire accrue à Gaza », a ajouté le porte-parole.

C’est la première réaction officielle américaine depuis qu’Israël ait pris le contrôle du poste frontière de Rafah, à l’intérieur de Gaza.


16:40

La police a dispersé mardi un campement étudiant sur le campus de l'université d'Amsterdam (UvA), arrêtant 125 manifestants qui appelaient à ce que l'université rompe tout lien avec Israël en raison de son offensive militaire à Gaza.

Des images diffusées sur la chaîne publique NOS ont montré des policiers chargeant des manifestants à coups de matraque et détruisant des tentes vers 4H00 (02H00 GMT) après qu'ils eurent refusé de quitter le campus.

Suivant l'exemple des Etats-Unis, les mobilisations se multiplient un peu partout en Europe. En Allemagne, hantée par la culpabilité de la Shoah, les protestations étudiantes sont pour l'instant de moindre ampleur, concentrées essentiellement à Berlin et Cologne (ouest).

Des tentes, des drapeaux palestiniens et des banderoles portant l'inscription "la grève est la résistance", avaient été disposés sur les pelouses sur site.

Mardi matin, la police a commencé à libérer certaines des 125 personnes arrêtées, mais des dizaines d'entre elles sont toujours en détention.

L'UvA a indiqué dans un communiqué avoir des programmes d'échanges avec trois universités israéliennes. Ses chercheurs participent à huit projets de recherche européens auxquels participent également des chercheurs ou des entreprises israéliennes.

Parti des campus américains le mois dernier - où il a parfois fait l'objet d'une répression des forces de l'ordre - le mouvement étudiant contre l'offensive israélienne dans la bande de Gaza, en représailles à l'attaque du Hamas le 7 octobre, s'est propagé à travers le monde.

16.20 

Le Forum des familles, principale association israélienne de proches d'otages retenus dans la bande de Gaza depuis le 7 octobre, appelle mardi les pays dont des ressortissants figurent parmi les otages à soutenir un accord de trêve avec le Hamas. "C'est le moment d'exercer votre influence sur le gouvernement israélien et toutes les autres parties concernées afin de parvenir à un accord qui ramènera enfin tous nos proches", déclare l'association dans un communiqué.

Le Hamas a annoncé lundi soir avoir accepté un projet de cessez-le-feu dans la bande de Gaza, dévastée par sept mois de guerre, sur lequel Israël ne s'est pas encore prononcé. "A l'heure où une opportunité tangible de libération des otages est sur la table, il est primordial que vos gouvernements expriment clairement leur soutien à un tel accord", demande l'association aux ambassadeurs des pays dont des otages sont ressortissants.

Le Forum des familles continue de se mobiliser quotidiennement pour pousser le gouvernement d'Israël à conclure un accord permettant la libération des otages. L'armée israélienne a intensifié ses frappes sur certains quartiers de Rafah, dernier bastion du Hamas dans le sud de la bande de Gaza.  Le Hamas avait averti qu'une telle opération mettait en danger les otages.

16.10 

De violents échanges de tirs éclatent sur le côté palestinien du terminal de Rafah. Des colonnes de fumée sont visibles dans le ciel, rapportent les correspondants de la chaîne égyptienne Al-Qahera News.

16:10

L’Agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) s’inquiète d’une offensive sur Rafah. Cette attaque "porterait atteinte à la seule maternité entièrement fonctionnelle dans la Bande de Gaza" et pourrait ainsi affecter  environ 50 000 femmes enceintes, a indiqué l’agence dans un message publié sur le réseau social X.

15:10 

Le ministère de la Santé de la bande de Gaza a appelé, mardi, dans un communiqué, les pays qui ont promis et demandé des listes de malades et de blessés à respecter leurs engagements et à travailler d'urgence pour assurer leur voyage.

Le ministère a souligné : « Nous avons des listes de milliers de cas de blessés et malades, et maintenant, ils ont été empêchés de voyager ». Ajoutant : « La fermeture du terminal de Rafah a empêché l'entrée des camions de médicaments, de matériel médical et du carburant nécessaire aux hôpitaux, ainsi que la sortie de milliers de blessés et de malades attendant de voyager ».

Le ministère a confirmé que toute action au terminal de Rafah avait été suspendue en raison du contrôle de l’occupation, qui empêche les blessés et les malades, ainsi que leurs accompagnateurs de voyager pour se faire soigner en dehors de Gaza.

Le ministère a indiqué que la liste des blessés et des malades qui étaient censés voyager mardi a été interdite conformément à la demande de la partie égyptienne.

Il a averti que la situation des patients et des blessés dans les hôpitaux de la bande de Gaza est très critique depuis le début de la guerre en raison de la perte du minimum de composants de traitement, d'appareils, d'équipements et de fournitures médicales et de l'effondrement complet du système de santé.

15:00

La police de Berlin a dispersé une manifestation de plusieurs centaines de militants pro-palestiniens qui occupaient une cour de l’Université de Berlin, rapporte l’Associated Press (AP).

Les manifestants avaient dressé une vingtaine de tentes et formé une chaîne humaine autour d’elles. La police a appelé les étudiants via des haut-parleurs à quitter le campus, indique l'AP.

Ces derniers jours, des étudiants ont organisé des manifestations ou installé des campements en Finlande, au Danemark, en Italie, en Espagne, en France et en Grande-Bretagne, à la suite des précédentes manifestations qui ont secoué les campus américains.

Plus tôt dans la journée, la police d'Amsterdam avait procédé à 125 arrestations pour mettre fin à une manifestation d’étudiants dans l’Université d’Amsterdam.

14:25

L'armée israélienne a affirmé mardi que des roquettes tirées plus tôt dans la journée vers Israël l'ont été depuis Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, où ses troupes sont entrées la nuit précédente.

"Suite aux alertes qui ont retenti dans la zone de Karm Abou Salem, quatre obus de mortier ont été tirés depuis la zone de Rafah en direction du territoire israélien", indique l'armée dans un communiqué, "aucun blessé ni dégât n'a été signalé". Le Hamas avait déclaré plus tôt mardi avoir tiré des roquettes sur les troupes israéliennes en marge du point de passage de Karm Abou Salem, après avoir déjà revendiqué des tirs de roquettes dimanche.

14:10

La présidence palestinienne a affirmé que l’occupation par l’armée israélienne du côté palestinien du passage de Rafah est un crime de guerre pour lequel Israël doit être tenu responsable car il menace de déporrter les Palestiniens hors des centres d'hébergement et empêche les employés des Nations Unies d'entrer dans la bande de Gaza, affirme Al-Qahera News.

La présidence palestinienne a mis en garde contre les dangers d'une escalade israélienne et des massacres à Rafah, ce qui menace la vie de millions de personnes. Elle a appelé l'administration américaine à intervenir immédiatement pour empêcher les autorités d'occupation israéliennes d'envahir Rafah et d'en expulser les citoyens.

Selon la présidence palestinienne, les autorités d’occupation  « se préparent à commettre un grand génocide en envahissant Rafah ».

14:00

De violents bombardements israéliens ciblent les zones Est de la ville palestinienne de Rafah, selon la chaine de télévision égyptienne Al-Qahera news. 

13:50

Le Hamas a indiqué dans un communiqué que l’assaut de l’armée d’occupation israélienne sur le côté palestinien du terminal de Rafah est un crime qui confirme l’intention de l’occupation de compromettre les efforts de médiation pour tenter de parvenir à un cessez-le-feu et à la libération des prisonniers.

13:45

Un responsable israélien a indiqué, selon Reuters, qu'une délégation de niveau moyen se rendra en Égypte dans les prochaines heures pour évaluer la possibilité de modifier la position du Hamas.

 

13: 30 

D'après les analyses satellites des chercheurs américains Corey Scher et Jamon Van Den Hoek, au 21 avril, 56,9% des bâtiments de la bande de Gaza avaient été endommagés ou détruits, soit 160.000 en tout. Et c'est au cours des deux/trois premiers mois du conflit que les destructions ont été les plus importantes, précise à l'AFP Corey Scher.

Les hôpitaux sont souvent pris pour cible par l'armée israélienne, qui accuse le Hamas d'utiliser les civils comme boucliers humains. Le plus grand, celui d'al-Chifa dans la ville de Gaza, a été visé par une opération de l'armée israélienne. L'OMS a indiqué début avril qu'il avait été réduit à une "coquille vide" jonchée de dépouilles humaines.

Au cours des six premières semaines de la guerre, "60% des établissements de santé ont été déclarés endommagés ou détruits", détaille à l'AFP l'universitaire Corey Scher.

Aujourd'hui, cinq d'entre eux sont complètement détruits (selon des données OpenStreetMap, du ministère de la Santé du Hamas via l'Ocha, le bureau des Affaires humanitaires de l'ONU, et de l'Unosat, le centre satellitaire des Nations unies, compilées par l'AFP) et 28% fonctionnent partiellement, selon l'ONU.

Les bâtiments scolaires, qui servent de refuge aux déplacés notamment ceux sur lesquels flottent le drapeau bleu de l'ONU, payent également un lourd tribut : l'Unicef comptabilise, au 25 avril, 408 écoles endommagées (soit au moins 72,5% des 563 établissements qu'il a répertoriés). Parmi elles, 53 ont été totalement détruites et 274 directement touchées.

L'ONU estime que les deux tiers des établissements auront besoin d'une reconstruction complète ou de travaux de réhabilitation importants pour être à nouveau fonctionnels.

Pour les lieux de cultes, en combinant des données de l'Unosat et de OpenStreetMap, il ressort que 61,5% des mosquées ont été endommagées ou détruites.

13:20

Le porte-parole de l'ONU a indiqué mardi 7 mai que l’Organisation ne dispose plus qu'un jour de réserve de fuel pour les opérations humanitaires dans la bande de Gaza, en raison de la fermeture du point de passage de Rafah.

"Il n'y a qu'une très, très courte réserve de carburant, d'environ une journée", a déclaré aux journalistes le porte-parole du Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), expliquant que comme le carburant n'arrive que par Rafah, cette réserve "est pour l'ensemble" de l'opération humanitaire à Gaza

13:15

Des ministres de l'UE ont exprimé mardi de vives inquiétudes après les frappes d'Israël sur Rafah, dans le sud de Gaza, le déploiement de chars israéliens dans la ville et la prise de contrôle par Israël de la partie palestinienne du point de passage avec l'Egypte, s'alarmant de l'impact humanitaire.

"Il doit y avoir une ligne rouge (...) la fermeture de la frontière (avec l'Egypte) menace des millions de personnes de famine. Il est très clair que le droit international n'est plus respecté à Gaza" a déclaré la ministre belge de la Coopération au Développement, Caroline Gennez.

"Il est important que nous donnions à Israël un signal correct et unanime pour que la violence s'arrête (...) Il faut s'assurer que tous les instruments à notre disposition soient sur la table, y compris des sanctions", a-t-elle averti, avant une réunion avec ses homologues des Vingt-Sept à Bruxelles.

Mme Gennez exhorte ces derniers à accepter à l'unanimité une décision visant à "cesser d'exporter des armes vers le Moyen-Orient, vers Israël et les pays en guerre".

"La situation est dramatique et continue de s'aggraver", a ajouté le ministre allemand du Développement, Jochen Flasbarth, qualifiant la situation humanitaire à Gaza d'"épouvantable".

"Il n'y a pas de zone de sécurité à Gaza" vers laquelle les civils pourraient fuir, a par ailleurs estimé Josep Borrell, le chef de la diplomatie de l'UE, qui préside la réunion des ministres du Développement.

13:15 

Une source égyptienne de haut niveau a dit à la chaine de télévision Al-Qahera News que les efforts de négociation se poursuivent au Caire pour arrêter l'escalade entre Israël et le Hamas.

13:00 

L'ONU s'est vue interdire par Israël l'accès au point de passage de Rafah dans la bande de Gaza, a indiqué mardi 7 mai le porte-parole de l’ONU, Jens Laerke soulignant que l'aide ne pouvait plus entrer dans le territoire palestinien, y compris le fuel.

"Nous n'avons actuellement aucune présence physique au point de passage de Rafah car le Cogat (organisme israélien chargé de coordonner la politique israélienne dans les territoires palestiniens occupées, NDLR) nous a refusé l'accès à cette zone", qui est le principal point de passage de l'aide humanitaire, a déclaré Jens Laerke, lors d'un point de presse régulier à Genève.

"On nous a dit qu'il n'y aurait pas de passage de personnel ou de marchandises dans les deux sens pour le moment... Pour combien de temps ? Je n'en sais rien. Mais telle est la situation actuelle", a-t-il ajouté.

"Cela a un impact considérable" sur la population car aucune aide ne peut entrer par le point de passage de Kerem Abou Salem, visé par des tirs de roquettes, a souligné le porte-parole.

Quant au point de passage d'Erez, récemment rouvert par Israël, toute l'aide qui pourrait y passer doit être soumise au contrôle des autorités israéliennes, a indiqué un porte-parole du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef), James Elder, lors du point de presse.

Israël a lancé une vaste opération militaire contre le Hamas dans la bande de Gaza.

L'armée israélienne a déployé des chars mardi dans Rafah et pris le contrôle de la partie palestinienne du point de passage avec l'Egypte, et affirmé mener une opération de "contreterrorisme" dans "des zones spécifiques" de l'est de Rafah.

L'ONU est d'autant plus préoccupée qu'il n'y a pas de réserves importantes dans Gaza car toute l'aide qui entrait jusqu'à présent était immédiatement distribuée à la population.

Ainsi, a-t-il dit, "il n'y a qu'une très, très courte réserve de carburant, d'environ une journée", expliquant que comme le carburant n'arrive que par Rafah, cette réserve "est pour l'ensemble" de l'opération humanitaire à Gaza.

"Il s'agit principalement de diesel, pour faire fonctionner les camions et les générateurs", a précisé M. Laerke.

12:00

 L'Egypte a condamné dans les termes les plus fermes les opérations militaires israéliennes dans la ville palestinienne de Rafah et le contrôle israélien du côté palestinien du terminal de Rafah, a prévenu le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. 

L'Egypte considère que cette dangereuse escalade menace la vie de plus d'un million de Palestiniens qui dépendent de ce passage, ajoute le communiqué soulignant que le terminal est « la principale bouée de sauvetage pour la bande de Gaza permettant la sortie des blessés et des malades pour se faire soigner et l’acheminement de l'aide humanitaire aux frères palestiniens à Gaza ».

L'Egypte appelle Israël à faire preuve de la plus grande retenue et à éviter la politique du bord du précipice qui pourrait avoir des conséquences à long terme et qui compromettre les efforts déployés pour parvenir à une trêve durable à Gaza.

L'Egypte a également appelé les parties internationales à intervenir et à faire pression pour désamorcer la crise et permettre aux efforts diplomatiques de réaliser les objectifs souhaités.

11:35

L'armée israélienne a annoncé mardi avoir pris le contrôle de la partie palestinienne du point de passage de Rafah entre la bande de Gaza et l'Egypte et que des troupes au sol avaient entamé une "opération ciblée de contreterrorisme" dans l'est de Rafah.

"A l'instant présent, des forces spéciales passent au peigne fin le point de passage" de Rafah, "nous avons le contrôle opérationnel de la zone", a affirmé l'armée israélienne, précisant parler "uniquement du côté gazaoui du point de passage".

"Nous avions des indices, parmi lesquels les tirs" de roquettes dimanche, contre le point de passage de Kerem Shalom entre Israël et Gaza qui ont tué quatre soldats israéliens, "mais aussi du renseignement que la partie gazaouie du point de passage de Rafah (...) était utilisé par le Hamas à des fins terroristes", a expliqué l'armée.

Alors qu'Israël martèle depuis des mois son intention de mener une offensive terrestre d'ampleur sur Rafah, localité surpeuplée du sud de la bande de Gaza, où affirme-t-il se terrent les derniers bataillons du Hamas, l'armée israélienne a martelé mardi que l'opération "de contreterrorisme" était localisée et d'ampleur limitée.

"Nous opérons dans des zones spécifiques de l'est de Rafah. Nous n'opérons pas dans la totalité de la zone" mais "dans une zone précise d'une zone déjà déterminée" de Rafah, a indiqué l'armée. Il s'agit "d'une opération très ciblée, d'une ampleur très limitée contre des cibles très précises".

L'armée israélienne a refusé d'indiquer combien de temps durerait cette opération. Israël et le Hamas sont attendus en Egypte mardi, après l'annonce par le mouvement palestinien qu'il acceptait un projet de trêve, devant notamment permettre une pause dans les combats en cours depuis sept mois dans la bande de Gaza.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique