Samedi, 22 juin 2024
International > Monde Arabe >

Soudan: l'ONU s'alarme de l'"escalade des tensions" autour d'El-Facher

AFP , Vendredi, 26 avril 2024

El-Facher fait office de hub humanitaire pour le Darfour, région où vivent environ un quart des 48 millions d'habitants du Soudan.

Sudan
« Environ sept millions de personnes ont été déplacées » depuis le début du conflit entre le général Abdel Fattah al-Burhane et son second, le général Mohamed Hamdane Daglo. Photo : AP

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a appelé vendredi les différentes parties au Soudan à "s'abstenir de combattre" après les craintes émises par la diplomatie américaine d'une attaque imminente à El-Facher capitale de la région du Darfour-Nord et carrefour pour l'aide humanitaire.

"Nous avons reçu des informations de plus en plus alarmantes concernant une escalade considérable des tensions entre les acteurs armés à El-Facher", explique un communiqué du porte-parole du secrétaire général de l'ONU,

"Une attaque sur la ville aurait des conséquences désastreuses pour la population civile", ajoute-t-il précisant que cette "escalade des tensions" se déroule "dans une région déjà au bord de la famine".

"Le secrétaire général réitère son appel aux parties prenantes de s'abstenir de combattre dans la région d'El-Facher", déclare encore le communiqué, tandis que l'émissaire personnel d'Antonio Guterres, Ramtane Lamamra, "s'implique auprès des parties pour désamorcer les tensions".

Dans un communiqué précédent, le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, Volker Türk, s'était dit "gravement préoccupé par l'escalade de la violence" dans et autour d'El-Facher.

Au moins 43 personnes, parmi lesquelles des femmes et des enfants, ont été tuées dans les combats entre les SAF (Forces armées soudanaises) et les FSR (Forces de soutien rapide) --soutenues par leurs milices alliées respectives-- depuis le 14 avril, date à laquelle les FSR ont commencé leur avancée vers El-Facher, ajoutait le communiqué.

Depuis le début de la guerre, le 15 avril 2023, entre l'armée du général Abdel Fattah al-Burhane et les FSR, sous le commandement du général Mohamed Hamdane Daglo, violences sexuelles, ethniques et terres brûlées ont repris au Darfour (ouest).

"Les civils sont coincés dans la ville, la seule du Darfour encore aux mains des SAF, craignant d'être tués s'ils tentaient de fuir", souligne le communiqué du Haut-commissaire.

Mercredi, la diplomatie américaine avait alerté d'une possible offensive "imminente" de paramilitaires sur El-Facher.

"Les Etats-Unis appellent toutes les forces armées du Soudan à immédiatement cesser leurs attaques sur El-Facher", avait demandé le porte-parole du département d'Etat Matthew Milleré.

"Nous sommes alarmés par des éléments faisant état d'une offensive imminente des Forces de soutien rapide (FSR) et de ses milices affiliées", avait-il ajouté.

El-Facher fait office de hub humanitaire pour le Darfour, région où vivent environ un quart des 48 millions d'habitants du Soudan. Accueillant de nombreux réfugiés, la ville avait jusque là été relativement épargnée par les combats. Mais depuis mi-avril, des bombardements et des affrontements ont été rapportés dans les villages environnants.

El-Facher est la seule capitale des cinq Etats du Darfour que les FSR ne contrôlent pas.

 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique