Lundi, 20 mai 2024
International > Monde Arabe >

Explosion d'une voiture piégée dans le centre de Damas (média d'Etat)

AFP , Samedi, 13 avril 2024

L'incident s'est produit dans un quartier huppé abritant le consulat et l'ambassade d'Iran ainsi que d'autres missions étrangères.

s
Archives - montrant des secours syriens sur le lieu d'une attaque attribuée à Israël. Photo : AFP

Une voiture piégée a explosé samedi dans un quartier central de Damas abritant des ambassades, sans faire de victimes, a affirmé un média d'Etat syrien en citant une source policière.

Cette explosion survient dans un contexte de tensions régionales exacerbées, l'Iran ayant promis de riposter à une attaque imputée à Israël qui a détruit le 1er avril son consulat à Damas, tuant sept membres du corps des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de Téhéran dont deux hauts gradés figurent parmi les victimes.

"L'explosion entendue il y a peu dans le quartier de Mazzeh est due à la détonation d'un engin explosif dans une voiture sur la place al-Houda", a rapporté l'agence de presse officielle syrienne Sana, citant une source du commandement de la police de Damas.

Elle a ajouté qu'il n'y avait pas de blessés.

Il n'a pas été possible de déterminer dans l'immédiat qui était responsable de l'explosion et qui était visé.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a précisé que le conducteur du véhicule visé était "une personne de nationalité libanaise qui n'a pas encore été identifiée", sans plus de détails.

L'ONG basée au Royaume-Uni mais qui dispose d'un vaste réseau de sources en Syrie a ajouté que les forces de sécurité avaient mis en place un cordon de sécurité autour de la voiture "légèrement endommagée".

Le Hezbollah libanais, bête noire d'Israël et allié du régime syrien, a une importante présence dans la région de Damas.

L'incident s'est produit dans un quartier huppé abritant le consulat et l'ambassade d'Iran ainsi que d'autres missions étrangères.

Téhéran et Damas ont imputé l'attaque du 1er avril à Israël, qui n'a pas confirmé son implication mais reste considéré comme responsable, y compris par ses propres alliés.

Ces tensions s'inscrivent dans le contexte de la guerre entre Israël et le Hamas, déclenchée le 7 octobre par une attaque sans précédent du mouvement islamiste palestinien contre Israël, qui a lancé en représailles une vaste opération militaire dans la bande de Gaza.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique