Jeudi, 30 mai 2024
International > Monde Arabe >

Biden infléchit pour la première fois sa politique de soutien inconditionnel à Israël

AFP , Vendredi, 05 avril 2024

s
Le président américain, Joe Biden. Photo : AP

Joe Biden, en campagne pour un second mandat, a pour la première fois infléchi jeudi sa ligne de soutien inconditionnel à Israël, cédant à une pression politique de plus en plus intense, y compris au sein de son propre parti.

La formulation est prudente mais le communiqué publié par la Maison Blanche après une conversation téléphonique du président américain avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu fait un lien, inédit, entre le soutien de l'Amérique et une action "immédiate" pour répondre au désastre humanitaire dans la bande de Gaza.

Quelques heures après cet échange, l'exécutif israélien a annoncé des "mesures immédiates pour augmenter l'aide humanitaire" à Gaza, via le port d'Ashdod et le point de passage d'Erez.

"Ces mesures (...) doivent maintenant être mises rapidement et complètement en oeuvre", a réagi dans la foulée, dans un communiqué, Adrienne Watson, porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche.

Lors de l'appel d'une trentaine de minutes avec M. Netanyahu, Joe Biden "a dit clairement qu'Israël devait annoncer et mettre en place des mesures spécifiques, concrètes et tangibles pour répondre à la souffrance des civils, à la crise humanitaire, et pour la sécurité des travailleurs humanitaires", avait précisé un bref compte-rendu de l'échange.

Le président américain a averti ensuite le Premier ministre israélien, selon la même source, que "la politique américaine en ce qui concerne Gaza serait déterminée par l'évaluation (qu'il ferait) des décisions immédiates prises par Israël".

"Inacceptables"

Les Etats-Unis ont approuvé des ventes d'armes à Israël pour des dizaines de millions de dollars depuis le début de sa guerre à Gaza en octobre, poursuivant ainsi une assistance militaire qui dure depuis des décennies.

Joe Biden, qui juge "inacceptables" tant les frappes israéliennes contre des travailleurs humanitaires que la situation humanitaire générale à Gaza, a également exhorté Benjamin Netanyahu à "conclure sans délai un accord" pour un "cessez-le-feu immédiat", toujours selon le communiqué de la Maison Blanche.

Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale, John Kirby, a ensuite précisé lors d'une conférence de presse que Washington réclamait une augmentation "spectaculaire" de l'entrée d'aide dans le territoire palestinien menacé de famine, et ce "dans les jours et les heures qui viennent."

John Kirby a assuré que Joe Biden avait été "secoué" par la mort lundi de sept humanitaires à Gaza, dont six étrangers, tués par une frappe israélienne et a reconnu un "mécontentement croissant" des Américains face à la gestion du conflit par Benjamin Netanyahu.

Leur décès a constitué "un point culminant" pour le président et le "catalyseur" de cet appel téléphonique avec M. Netanyahu, a ensuite précisé M. Kirby sur CNN, indiquant que "la frustration" du président "augmente ces dernières semaines au sujet des dangers encourus par la population civile à Gaza et les humanitaires".

L'armée israélienne a reconnu une "grave erreur", le Premier ministre Benjamin Netanyahu qualifiant la frappe de "non intentionnelle" et "tragique".

"Nulle part"

L'un des sénateurs démocrates les plus proches du président, Chris Coons, reconnaissait jeudi sur CNN que les Etats-Unis étaient "arrivés au stade" où il leur faudrait peut-être conditionner l'aide militaire à Israël.

"S'il n'y a pas de conséquences réelles, l'indignation ne mène nulle part", a par ailleurs averti Ben Rhodes, ex-conseiller à la sécurité nationale de Barack Obama, sur le réseau social X.

Joe Biden a endossé le rôle de premier soutien d'Israël depuis l'attaque sans précédent du Hamas, le 7 octobre, et en a fait une affaire "personnelle", selon le mot de son proche conseiller Jake Sullivan.

Rien ne l'avait fait dévier jusqu'ici, ni le bilan toujours plus lourd de victimes civiles à Gaza, ni les manifestations pro-palestiniennes qui accompagnent désormais chacun de ses déplacements.

Les Américains musulmans et d'origine arabe, et une partie de l'électorat progressiste, ne décolèrent pas contre le président, accusé de contribuer aux souffrances des Palestiniens.

De quoi inquiéter les partisans de Joe Biden, à quelques mois d'une élection présidentielle qui pourrait être décidée par de très faibles écarts de voix et alors que le démocrate est au coude-à-coude dans les sondages avec son rival, l'ancien président républicain Donald Trump.

Parmi les Etats qui joueront un rôle décisif lors du scrutin de novembre figure le Michigan, où vit une importante population arabo-américaine.

*Article modifié par Ahraminfo

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique