Mercredi, 22 mai 2024
International > Monde Arabe >

Gaza : le vote de l'ONU sur un "cessez-le-feu immédiat" salué de Madrid à Pretoria

AFP , Mardi, 26 mars 2024

Le vote lundi d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU appelant pour la première fois à un "cessez-le-feu immédiat" à Gaza, avec l'abstention notable des Etats-Unis, a été conspué par Israël mais largement salué de Madrid à Pretoria.

Gaza
Une photo montre la destruction des précédentes frappes israéliennes dans la ville de Gaza. Photo : AFP

La résolution "exige un cessez-le-feu immédiat pour le mois du ramadan" - qui a déjà commencé il y a deux semaines -, devant "mener à un cessez-le-feu durable", et "exige la libération immédiate et inconditionnelle de tous les otages".

Voici les principales réactions :

Les parties concernées

Le Hamas a salué la résolution et exprimé sa "volonté d'engager un processus d'échange" de prisonniers contre des otages "immédiatement" ainsi que celle "d'atteindre un cessez-le-feu permanent conduisant au retrait de toutes les forces" israéliennes du territoire.

De son côté, Israël - par la voix de son ministre de la Défense Yoav Gallant - a affirmé ne pas avoir "le droit moral d'arrêter la guerre tant qu'il y a des otages à Gaza", et annulé la visite d'une délégation à Washington en réaction à l'abstention américaine.

ETATS-UNIS

L'abstention des Etats-Unis, principal allié d'Israël, "ne représente pas un changement de cap", a assuré John Kirby, porte-parole de la Maison Blanche. Cette dernière est "quelque peu surprise" de la colère d'Israël, a-t-il dit.

De son côté, l'ambassadrice américaine à l'ONU, Linda Thomas-Greenfield, a souligné que le cessez-le-feu "peut commencer immédiatement après la libération du premier otage".

AUTORITE PALESTINIENNE

L'Autorité palestinienne, par la voix du ministre des Affaires civiles Hussein al-Cheikh, a salué une résolution "appelant à un cessez-le-feu immédiat dans la bande de Gaza", et exigé "l'arrêt définitif de cette guerre criminelle et le retrait immédiat d'Israël de la bande de Gaza".

EGYPTE

Le ministère égyptien des Affaires étrangères a salué un "premier pas important et nécessaire pour arrêter l'effusion de sang", tout en notant "le déséquilibre" de la résolution en raison de sa "durée limitée et les obligations qu'elle comporte".

LIBAN

Le Premier ministre Najib Mikati a salué une "première étape du processus visant à mettre un terme à l'agression israélienne contre la bande de Gaza, sans précédent dans l'histoire moderne".

QATAR

Le Qatar, médiateur dans les pourparlers entre le Hamas et Israël, s'est félicité du vote de l'ONU et appelé les deux parties à s'engager "de manière positive dans les négociations en cours".

LIGUE ARABE

Le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, a salué une décision "qui arrive tard", soulignant la nécessité "d'arrêter immédiatement et complètement les opérations militaires et l'agression israélienne".

IRAN

Téhéran, soutien du Hamas, a salué une "étape positive mais insuffisante". Il faut "une action efficace pour sa mise en oeuvre et un arrêt complet et permanent des attaques du régime sioniste agresseur contre la bande de Gaza et la Cisjordanie (...)", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Nasser Kanani.

TURQUIE

La Turquie, dont le président Recep Tayyip Erdogan a récemment réaffirmé "se tenir fermement" derrière les dirigeants du Hamas, a salué une "étape positive" et appelé à "mettre fin à la catastrophe humanitaire à Gaza".

ONU

"Cette résolution doit être appliquée. Un échec sera impardonnable", a réagi le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres.

UNION EUROPEENNE

La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a jugé que la mise en oeuvre de cette résolution, qui exige "un cessez-le-feu immédiat à Gaza et la libération immédiate et sans condition de tous les otages", était "vitale pour la protection de tous les civils".

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a également insisté sur la nécessité qu'elle soit "mise en oeuvre de manière urgente par tous".

FRANCE

Le chef de la diplomatie française, Stéphane Séjourné, a souhaité que la résolution, qui "demande un cessez-le-feu durable et la libération immédiate et inconditionnelle de tous les otages", soit "pleinement mise en oeuvre".

L'ambassadeur de France à l'ONU Nicolas de Rivière a lui félicité le Conseil de sécurité d'être sorti de son silence "assourdissant".

ALLEMAGNE

La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, s'est dite "soulagée de l'adoption de la résolution". "Chaque jour compte", a-t-elle ajouté.

ESPAGNE

Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a "applaudi" une résolution "en phase avec ce que dit l'Espagne depuis le début du conflit". Madrid est l'une des voix les plus critiques vis-à-vis d'Israël au sein de l'UE depuis le début de la guerre.

PAYS-BAS

"Ce qu'il faut maintenant, c'est mettre un terme à la violence, libérer les otages, envoyer immédiatement une aide humanitaire bien plus importante à Gaza, et trouver une solution durable", a réagi le Premier ministre néerlandais Mark Rutte.

Le dirigeant néerlandais d'extrême droite islamophobe Geert Wilders a lui appelé ses "amis israéliens" à "rester forts": "les Nations unies, les Etats-Unis et l'Europe ne comprennent pas que vous menez une guerre existentielle".

AFRIQUE DU SUD

L'Afrique du Sud, qui a déposé plusieurs recours ces derniers mois auprès de la Cour internationale de justice (CIJ), accusant notamment Israël de "génocide" à Gaza, a salué une résolution "bienvenue".

"La balle est maintenant dans le camp du Conseil de sécurité qui sera testé sur sa capacité à garantir le respect de sa résolution", a déclaré la cheffe de la diplomatie, Naledi Pandor.

MEXIQUE

Le président mexicain Andrés Manuel Lopez s'est dit "totalement d'accord" avec la résolution, regrettant que "cela a pris trop de temps et déjà coûté la vie à de nombreuses personnes".

BRESIL

Le gouvernement brésilien a dit "(espérer) que le cessez-le-feu sera mis en oeuvre immédiatement, comme le stipule la résolution", selon un communiqué, rappelant "l'urgence de garantir l'entrée effective d'un flux important et régulier d'aide humanitaire à Gaza ainsi que la libération de tous les otages".

COLOMBIE

Le président colombien Gustavo Petro a "invité les nations du monde à rompre leurs relations diplomatiques avec Israël s'il rompt le cessez-le-feu".

ONGs

Amnesty international estime qu'il "n'y pas une seconde à perdre" et appelle "la communauté internationale à mettre de côté les jeux politiques et à donner la priorité au sauvetage des vies".

Oxfam exhorte également les Etats membres du Conseil de sécurité de l'ONU à faire "preuve de leadership moral (...) et mettre fin au massacre et à la souffrance à Gaza".

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique