Dimanche, 23 juin 2024
International > Monde Arabe >

Le bilan des bombardements israéliens contre Gaza atteint environ 32 000 morts : ministère de Santé

Ahraminfo , (avec AFP) , Mercredi, 20 mars 2024

A 166 jours de la guerre à Gaza, le bilan s'élève à environ 32 000 morts, selon le ministère de la Santé palestinien.

s
Des Palestiniens déplacés inspectent les dégâts causés à leurs tentes après le bombardement israélien au camp de réfugiés de Rafah dans le sud de Gaza. Photo : AFP

Le ministère de la Santé à Gaza a annoncé mercredi 20 mars un bilan de 31 923 personnes tuées, et de 74 096 blessés, en majorité des femmes, enfants, dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre à Gaza. 

Le ministère de la Santé a fait état d'un total de 104 morts au cours des dernières 24 heures. Ces morts ont péri dans les bombardements israéliens nocturnes dans le territoire palestinien assiégé et dévasté par plus de quatre mois de guerre.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken est attendu mercredi au Moyen-Orient pour tenter d'arracher une trêve de plusieurs semaines dans les combats à Gaza, où la famine guette la population palestinienne après plus de cinq mois de guerre. 

Les pourparlers se sont intensifiés ces derniers jours, avec notamment la visite du chef du Mossad, les services de renseignement extérieurs israéliens, au Qatar, pays médiateur avec les Etats-Unis et l'Egypte, et après un infléchissement de la position du Hamas qui a ouvert la porte à une pause de quelques semaines dans les affrontements après avoir exigé sans succès un cessez-le-feu définitif.

Mais le chef du mouvement palestinien, Ismaïl Haniyeh, a accusé mardi Israël de saboter ces négociations en menant depuis la veille une opération d'envergure contre l'hôpital al-Chifa de la ville de Gaza. L'armée a déclaré mardi avoir tué « des dizaines » de combattants du Hamas et du Jihad islamique dans ce complexe hospitalier et à ses abords, et avoir arrêté « plus de 300 suspects ».

Les ONG et les agences de l'ONU ne cessent de tirer la sonnette d'alarme sur le risque imminent de famine dans le territoire palestinien, en particulier dans le nord, difficilement accessible et où vivent actuellement plus de 300 000 personnes.

Outre les risques de famine, la communauté internationale s'inquiète des conséquences d'une opération israélienne à Rafah, dernier grand bastion du Hamas et ville à la pointe sud de Gaza où s'entassent environ 1,5 million de Palestiniens, en majorité déplacés par la guerre.

Si Antony Blinken se rend au Moyen-Orient, au retour d'une visite en Asie, une délégation militaire israélienne est, elle, attendue dans les prochains jours à Washington pour discuter « des façons de cibler le Hamas sans mener une vaste offensive terrestre à Rafah », a déclaré plus tôt cette semaine le président Joe Biden.


 

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique