Mercredi, 22 mai 2024
International > Monde Arabe >

L'envoyé de l'ONU exhorte la Syrie à participer aux pourparlers pour réviser sa Constitution

AFP , Dimanche, 17 mars 2024

s
Envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, Geir Pedersen. Photo : AFP

L'envoyé spécial des Nations unies pour la Syrie, Geir Pedersen, a exhorté dimanche Damas à se joindre fin avril à un nouveau cycle de pourparlers à Genève sur la révision de sa Constitution, plus de 13 ans après le déclenchement du conflit.

Déclenchée en 2011 avec la répression de manifestations prodémocratie, la guerre en Syrie a fait plus de 507.000 morts et plus de sept millions de déplacés à l'intérieur du pays, plongé dans une profonde crise économique et humanitaire.

"La situation en Syrie est aujourd'hui extrêmement difficile et je pense que tous les indicateurs pointent dans la mauvaise direction en ce qui concerne la sécurité, l'économie et le processus politique", a déclaré M. Pedersen à la presse après avoir rencontré à Damas le ministre syrien des Affaires étrangères, Fayçal Meqdad.

"Nous devrions continuer à nous réunir à Genève et développer le Comité constitutionnel et son travail, de manière à donner de l'espoir au peuple syrien", a ajouté l'envoyé de l'ONU, qui joue le rôle de médiateur dans les discussions entre les représentants du gouvernement, et l'opposition et la société civile.

Créé en 2019 à Genève, ce Comité constitutionnel s'est donné comme objectif de réécrire la Constitution, pouvant ouvrir la voie à un processus politique plus large.

Mais ces dernières années, les négociations ont été largement supplantées par des discussions parallèles impliquant la Turquie, qui soutient les rebelles en Syrie, et la Russie et l'Iran, des alliés de Damas.

Les pourparlers à Genève avaient été interrompus en 2022 après que Moscou a contesté la tenue de la réunion en Suisse, mettant en cause sa neutralité après qu'elle a imposé des sanctions à la Russie en raison de la guerre en Ukraine.

Le mois dernier, M. Pedersen avait lancé des invitations pour une réunion à Genève fin avril, alertant qu'"une interruption indéfinie ne peut que nuire à la crédibilité et au travail" du Comité constitutionnel.

Dimanche, le diplomate a dit avoir relancé cette invitation lors de sa rencontre avec M. Meqdad.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique