Samedi, 20 juillet 2024
International > Monde Arabe >

L'ONU appelle Israël à ouvrir un port pour acheminer de l'aide à Gaza

AFP , Jeudi, 07 mars 2024

s
Des enfants palestiniens reçoivent des rations alimentaires cuites dans le cadre d’une initiative bénévole pour les jeunes à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. Photo : AFP

Le Programme alimentaire mondial (PAM) de l'ONU a affirmé jeudi faire pression afin qu'Israël permette d'utiliser le port d'Ashdod, situé au nord de la bande de Gaza, pour acheminer de l'aide aux Palestiniens souffrant de la faim.

"Nous avons présenté plusieurs requêtes auprès des Israéliens", a déclaré le directeur exécutif adjoint du PAM, Carl Skau, dans un entretien avec l'AFPTV.

"Nous voulons utiliser le port d'Ashdod, ce qui serait beaucoup plus efficace que de passer par la Jordanie ou même l'Egypte", a-t-il expliqué.

Depuis le début de la guerre entre Israël et Hamas en octobre, Gaza est plongé dans une crise alimentaire aiguisée par les restrictions sur l'acheminement de l'aide dans le petit territoire surpeuplé.

Les forces israéliennes ont déjà par le passé bloqué de l'aide de l'ONU au port d'Ashdod, à une trentaine de km au nord de Gaza.

"Nous voulons faire passer plus de marchandises à travers la frontière vers Gaza. Nous utilisons actuellement Karm Abou Salem, (un point de passage frontalier à l'extrême sud de Gaza), mais nous aimerions avoir également un point de passage directement vers le nord, où la situation est la plus désespérée", a-t-il affirmé.

Le dernier convoi de nourriture du PAM a été a été bloqué mardi par l'armée israélienne à l'intérieur de la bande de Gaza puis pillé par "une foule désespérée". Il s'agissait du premier convoi destiné à Gaza depuis l'interruption décrétée le 20 février en raison de la situation sécuritaire et des pillages.

"La faim conduit à une situation catastrophique. Les gens sont désespérés et les tensions élevées. Il y a aussi un effondrement complet de l'ordre civil", a déploré M Skau.

Selon l'ONU, la famine est "quasiment inévitable" pour 2,2 des 2,4 millions d'habitants de Gaza.

"En vue d'éviter une famine, nous avons besoin de quantités énormes d'aide. Nous parlons de centaines de milliers de personnes. Et à cet égard, les largages aériens ne sont pas une option pour éviter la famine", a-t-il souligné.

 *Cet article a été modifié par Ahraminfo

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique