Samedi, 20 juillet 2024
International > Monde Arabe >

En plein conflit à Gaza, le cabinet de guerre israélien se déchire

AFP , Mercredi, 06 mars 2024

Symbole d'unité nationale dans le conflit face au Hamas, le cabinet de guerre israélien est secoué par la rivalité politique entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le centriste Benny Gantz, en tête des intentions de vote.

s
Le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, le ministre de la défense, Yoav Gallant, et l’ex-chef d’état-major Benny Gantz, lors d’une conférence de presse, à Tel-Aviv, le 28  octobre 2023. Photo : AFP

La visite, non autorisée par Benjamin Netanyahu, de Benny Gantz à Washington lundi et mardi et à Londres mercredi a étalé au grand jour les profondes divergences entre les deux hommes, au moment où s'intensifie la pression internationale sur Israël face à la crise humanitaire majeure à Gaza.

Selon Yohanan Plesner, directeur de l'Institut démocratique d'Israël (IDI), un centre de réflexion libéral, ce déplacement de Benny Gantz chez le principal soutien d'Israël "montre que sa confiance envers Netanyahu est au plus bas et qu'il a décidé de représenter une autre voix à Washington".

Ce déplacement fait beaucoup de bruit en Israël, où le leader centriste s'est attiré les foudres des ministres du Likoud, le parti de droite de Benjamin Netanyahu.

"Il agit derrière le dos du Premier ministre", a dénoncé Miri Regev, la ministre des Transports, qualifiant ce déplacement de "subversif".

Rival politique de Benjamin Netanyahu, l'ancien ministre de la Défense et chef du parti centriste de l'Union nationale a accepté de rejoindre le cabinet de guerre dans un souci d'union nationale après le traumatisme de l'attaque sans précédent du Hamas le 7 octobre, qui a déclenché la guerre dans la bande de Gaza.

Gantz prépare sa sortie

"Mais les tensions n'ont jamais disparu" entre les deux hommes qui "se détestent mutuellement", décrypte Reuven Hazan, professeur au sein du département de sciences politiques de l'Université hébraïque de Jérusalem.

Le cabinet de guerre compte cinq membres dont les trois principaux sont M. Netanyahu, M. Gantz et le ministre de la Défense, Yoav Gallant.

Pour Reuven Hazan, Benny Gantz a entrepris cette visite à Washington et à Londres pour afficher sa stature comme futur possible Premier ministre et surtout commencer à "préparer sa sortie du gouvernement" qui est, selon l'universitaire, inéluctable.

Il tente donc de tirer profit de la préoccupation de plus en plus grande affichée par Washington sur la tournure que prend la guerre dans la bande de Gaza, menacée de famine selon les Nations unies.

Le président américain Joe Biden et Benjamin Netanyahu sont en "conflit ouvert", Washington pressant le Premier ministre israélien de ne pas "continuer ainsi avec des morts massives de civils à Gaza sans savoir ce qu'il veut faire après" la guerre, note Reuven Hazan.

Proche des Américains

"Gantz n'est pas Netanyahu, il est plus proche de (la position des) Américains" sur l'après-guerre, assure-t-il.

C'est un "partenaire plus confortable" pour Washington, "plus ouvert au dialogue avec des partenaires modérés dans la région" et sur le rôle que pourrait jouer l'Autorité palestinienne à Gaza après la guerre, ajoute Yohanan Plesner.

La semaine dernière, M. Gantz a aussi salué l'annonce d'une réforme du service militaire faite par Yoav Gallant, afin d'intégrer les juifs orthodoxes, exemptés pour raisons religieuses.

Cette proposition a fait l'effet d'une bombe politique en Israël où les médias l'ont perçue comme une marque de défiance de Yoav Gallant à l'égard de Benjamin Netanyahu, alors qu'ils sont pourtant tous deux membres du même parti.

Elle met en effet le Premier ministre dans une position très inconfortable alors que les deux grands partis représentant les ultra-orthodoxes peuvent faire tomber à tout moment sa fragile coalition.

Netanyahu essaie à tout prix "d'éviter des élections anticipées", auxquelles Gantz a en revanche intérêt, et y est parvenu jusqu'ici mais "s'il y a bien une question qui peut entraîner la chute de la coalition, c'est celle du recrutement des ultra-orthodoxes", résume Yohanan Plesner.

Reste maintenant à Gantz à trouver le bon moment pour lâcher le Premier ministre "en montrant qu'il défend les intérêts d'Israël" à long terme "et que Netanyahu n'est là que pour protéger ses intérêts personnels", avance Reuven Hazan.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique