Dimanche, 16 juin 2024
International > Monde Arabe >

Un assaut sur Rafah "contreviendrait" à la décision de la CIJ, selon le chef des droits humains de l'ONU

AFP , Jeudi, 29 février 2024

s
Archive - Photo : AP

Un assaut terrestre sur la ville de Rafah dans la bande de Gaza, promis par le Premier ministre israélien, "contreviendrait" à la décision de la plus haute juridiction de l'ONU, a estimé jeudi le Haut Commissaire des Nations unies aux droits de l'homme.

"Je ne vois pas comment une telle opération pourrait être compatible avec les mesures provisoires contraignantes émises par la Cour internationale de Justice" (CIJ), a déclaré Volker Türk devant le Conseil des droits de l'homme, à qui il présentait le rapport de ses services sur la situation dans les territoires palestiniens.

Fin janvier, la CIJ avait appelé Israël à empêcher tout acte éventuel de "génocide" à Gaza.

La Cour, qui siège à La Haye, avait également enjoint à Israël de prendre "des mesures immédiates" pour permettre la fourniture "de l'aide humanitaire dont les Palestiniens ont un besoin urgent" dans la bande de Gaza. Elle n'avait pas appelé à un cessez-le-feu.

"La perspective d'une attaque terrestre israélienne sur Rafah donnerait au cauchemar infligé aux habitants de Gaza une nouvelle dimension", a dénoncé M. Türk.

"Injustifiables"

Dans son intervention jeudi, M. Türk a répété que les attaques du Hamas en Israël le 7 et 8 octobre "sont totalement injustifiables" et il a dénoncé les exactions commises en majorité contre des civils par ce groupe islamiste et d'autres groupes armés palestiniens.

Mais "la brutalité de la riposte israélienne" est tout aussi injustifiable et ce qui se passe à Gaza "est un carnage".

Ne comptent pas

"Les droits humains des Israéliens et des Juifs ne veulent rien dire" dans cette enceinte, a accusé l'ambassadrice d'Israël à Genève Meirav Eilon Shahar, à l'adresse de M. Türk.

Elle était accompagnée dans l'hémicycle par deux anciennes otages du Hamas à Gaza, Aviva Siegel et Raz Ben Ami, dont les maris sont toujours détenus.

"Cette salle aurait dû être un symbole d'espoir pour Aviva et Raz et tous les otages, que le monde agirait pour leurs droits humains et pour leur libération", a lancé l'ambassadrice, ajoutant "que malheureusement elles ne sont qu'une simple note de bas de page dans les débats de ce Conseil, comme le démontre la déclaration que vient de faire le Haut Commissaire".

Le représentant palestinien, dont l'intervention a été longuement applaudie par la salle, a interpellé l'ambassadrice, sur un incident qui s'est produit peu auparavant à Gaza, quand des civils ont été blessés par des tirs alors qu'ils se ruaient sur de l'aide humanitaire.

Ibrahim Khraishi a évoqué un "bombardement" et "plus de 1.000 blessés, dont bon nombre "grièvement" touchés. "Sont-il des boucliers humains, sont-ils des combattants du Hamas ?" a lancé M. Khraishi à Mme Eilon Shahar.

Un hôpital de la bande de Gaza a fait état d'au moins 50 morts et 120 blessés dans un premier bilan.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique