Mardi, 16 juillet 2024
International > Monde Arabe >

Projet de 2e trêve à Gaza: ce que l'on sait des négociations

AFP , Mardi, 27 février 2024

Les négociations s'intensifient en vue d'une nouvelle trêve entre Hamas et Israël, dans la guerre de Gaza, que Washington espère voir conclue la semaine prochaine.

Gaza
Des Palestiniens passent devant les décombres de la mosquée Al-Faruq détruite par les bombardements israéliens à Rafah dans le sud de la bande de Gaza. Photo : AFP

Mais à deux semaines du début du mois saint musulman du ramadan, régulièrement cité comme une date butoir, les conditions de cette trêve restaient floues mardi 27 février, après une rencontre à Paris entre Américains, Qataris, Egyptiens et Israéliens, et des négociations indirectes entre représentants du Hamas et Israéliens en Egypte et au Qatar ces derniers jours.

- Durée de la trêve

Lundi, le président américain Joe Biden a déclaré à la presse qu'un accord durerait "en principe" toute la durée du ramadan, qui doit s'achever vers le 9 avril, en espérant qu'un accord de cessez-le-feu soit conclu d'ici le début de la semaine prochaine.

Le gouvernement du Qatar, où se trouve le bureau politique du Hamas, a déclaré espérer, sans être "nécessairement optimiste" un accord avant le ramadan.

Lors des négociations de Paris, une durée de trêve de 42 jours a été proposée, a indiqué à l'AFP une source proche du Hamas..

En février, selon différents médias, Israël avait refusé une proposition de trêve de quatre mois et demi formulée par le Hamas.

Selon Joe Biden, les Israéliens seraient d'accord pour "ne pas engager d'opérations durant le ramadan".

Une source proche du Hamas a indiqué à l'AFP que les forces israéliennes pourraient "se retirer des villes et autre zones peuplées" et permettre aux Gazaouis, à l'exception des hommes de 18 à 50 ans, de retourner chez eux, notamment dans le nord de Gaza.

La première trêve conclue en novembre, avait permis la libération de plus de 100 otages, dont 80 Israéliens, en échange de celle de quelque 240 Palestiniens emprisonnés en Israël.

Il reste aujourd'hui quelque 130 otages à Gaza, dont 31 seraient morts, selon Israël.

Selon une source au sein du Hamas, celui-ci propose de libérer un otage par jour - soit 42 personnes, des femmes, mineurs et personnes âgées malades - en échange pour chacun de 10 prisonniers palestiniens.

Selon des sources proches des négociations citées par le New York Times, Israël aurait accepté de libérer 15 prisonniers palestiniens condamnés pour des faits de "terrorisme grave" en échange de la libération de cinq soldates israéliennes otages à Gaza.

- Aide humanitaire à Gaza

La pression internationale en faveur d'une trêve s'est accentuée ces dernières semaines à mesure que l'ONU et les ONG tiraient la sonnette d'alarme face à la situation humanitaire désastreuse (manque de soins, d'eau, risques de famine...) à Gaza après plus de quatre mois de conflit.

Et également face à l'intention affichée par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de lancer rapidement une offensive terrestre sur Rafah, à l'extrême sud de la bande de Gaza, où s'entassent près d'un million et demi de personnes, à 80% des déplacés.

Le Hamas souhaite voir augmenter à 400 ou 500 le nombre de camions d'aide humanitaires entrant chaque jour dans la bande de Gaza, a indiqué à l'AFP une source proche du Hamas. Selon Amnesty International, une centaine de camions entrent actuellement chaque jour à Gaza.

Le Hamas souhaite également voir facilité l'accès aux soins, à l'eau et au pain, et réclame des livraisons de carburant pour faire tourner les générateurs des hôpitaux et boulangeries, selon la même source.

Avant le 7 octobre, quelque 500 camions chargés de biens, notamment de carburant, arrivaient chaque jour dans la bande de Gaza, selon l'ONU.

Selon une source proche des négociations citée par le quotidien palestinien al-Ayyam, Israël a accepté la demande du Hamas de faire entrer des "équipements", dont du matériel pour déblayer les décombres.

La chaîne israélienne Channel 12 a elle rapporté que le directeur du Mossad (renseignement israélien), David Barnea, a affirmé devant le cabinet de guerre que les négociations pour une trêve pourrait capoter si Israël n'augmentait pas le volume d'aide humanitaire entrant à Gaza.

* Article modifié par Ahraminfo

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique