Samedi, 13 juillet 2024
International > Monde Arabe >

L'aide humanitaire vitale pour le Darfour bloquée par les autorités : ONG

AFP , Mardi, 27 février 2024

Les autorités soudanaises loyales à l'armée bloquent l'aide humanitaire destinée au Darfour, un acte dénoncé par les organisations humanitaires et les Etats-Unis qui s'alarment de la situation catastrophique pour une population au bord de la famine.

Renk
Des Sud-Soudanais qui ont fui le Soudan sont assis devant une clinique de nutrition dans un centre de transit à Renk, au Soudan du Sud. Photo : AP

"Les enfants et les bébés meurent déjà de faim et de malnutrition, il y aura un impact humanitaire immense (...) et potentiellement des taux de mortalité à grande échelle", a affirmé à l'AFP dimanche 25 février un membre d'une ONG internationale déployée dans cette région de l'ouest du Soudan, qui a requis l'anonymat pour ne pas mettre en danger sa mission.

L'ONU et les Etats-Unis ont dénoncé le blocage de cette aide vitale pour le Darfour, où un quart des 48 millions de Soudanais sont victimes d'une catastrophe humanitaire.

La guerre a éclaté le 15 avril 2023 entre le chef de l'armée, le général Abdel Fattah al-Burhane, et son ex-adjoint, le général Mohamed Hamdane Daglo, patron des paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR). Elle a fait des milliers de morts et provoqué le déplacement de près de huit millions de personnes, selon l'ONU.

Les FSR sont constituées par les anciens miliciens arabes Janjawids, qui menaient il y a une décennie une politique de terre brûlée au Darfour pour l'ex-président Omar el-Béchir.

Les FSR contrôlent quatre des cinq capitales du Darfour, coupé du reste du pays depuis des mois. La majorité de l'aide humanitaire arrive à Port-Soudan, sur la mer Rouge, où est basé le gouvernement loyal à l'armée.

L'aide humanitaire de l'ONU passe au Darfour par la frontière tchadienne où "les autorités limitent les opérations", a indiqué récemment Eddie Rowe, le représentant du Programme alimentaire mondial (PAM) au Soudan.

Le porte-parole du département d'Etat, Matthew Miller, a exprimé vendredi "la grande inquiétude" de Washington après la "récente décision (de l'armée) d'interdire le passage par la frontière tchadienne de l'aide humanitaire et les informations selon lesquelles (l'armée) empêche l'aide de parvenir aux populations dans les zones contrôlées par les FSR".

Les Etats-Unis ont également dénoncé "les pillages de maisons, de marchés et d'entrepôts d'aide humanitaire" par les paramilitaires.

Le ministère soudanais des Affaires étrangères a rejeté les "fausses accusations" de Washington, affirmant que la frontière soudano-tchadienne était "le principal point d'entrée pour les armes et les équipements" utilisés pour commettre des "atrocités" contre les Soudanais.

 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique