Dimanche, 26 mai 2024
International > Monde Arabe >

Iran: un chanteur de pop condamné à de la prison finalement assigné à résidence

AFP , Lundi, 26 février 2024

Mehdi Yarrahi
Le chanteur iranien Mehdi Yarrahi dans un clip vidéo publié en mai 2023. Capture d’écran youtube

Un tribunal iranien a modifié en assignation à résidence la peine de prison infligée au chanteur pop Mehdi Yarrahi, condamné pour une chanson critiquant le code vestimentaire strict des femmes dans la République islamique, a annoncé son avocat.

"En raison de la maladie de mon client et de la nécessité de soins médicaux, sa peine d'emprisonnement d'un an a été remplacée par une assignation à résidence avec le port d'un bracelet électronique", a déclaré l'avocate Zahra Minouei dans un message posté dimanche sur X.

Elle a précisé que cette mesure était effective depuis le 20 février, avec le paiement d'une caution de 15 milliards de tomans (environ 270.000 dollars).

Mehdi Yarrahi, 42 ans, avait été arrêté en août 2023 à la suite de la diffusion d'une chanson contestant l'obligation du port du voile en public pour les femmes.

Après avoir été libéré sous caution en octobre, il avait de nouveau été emprisonné à la suite de sa condamnation par un tribunal révolutionnaire de Téhéran en janvier à un total de deux ans et huit mois de prison et 74 coups de fouet pour plusieurs chefs d'accusation, notamment "trouble à l'ordre public".

Me Minouei avait alors précisé que l'artiste devait purger un an de prison, la peine la plus longue, selon le principe du cumul des verdicts de la loi iranienne.

Le chanteur avait sorti le morceau Rousarito ("ton foulard", en persan), à l'approche de l'anniversaire de la mort de Mahsa Amini, une jeune femme décédée en septembre 2022 après son arrestation par la police des moeurs qui lui reprochait d'avoir enfreint le code vestimentaire strict imposé aux femmes.

Yarrahi avait diffusé la chanson et son clip de trois minutes en faveur du "voile facultatif", en le dédiant aux "courageuses femmes iraniennes" qui ont participé au mouvement de contestation de 2022.

Il a critiqué les autorités à plusieurs reprises dans ses concerts, notamment pour la discrimination à l'encontre des habitants de sa province natale du Khouzestan.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique