Mardi, 23 juillet 2024
International > Monde Arabe >

Guerre au Soudan: l'ONU condamne des "violations effroyables"

AFP , Vendredi, 23 février 2024

Le conflit, qui continue depuis près d'un an, a fait plusieurs milliers de morts et déplacé près de huit millions de personnes, d'après le Haut-Commissaire des Nations unies aux réfugiés (HCR).

s
Archive - Des affrontement entre l'armée et les paramilitaires au Soudan,le 15 avril 2023. Photo : AFP

Le principal organe de lutte contre les violations des droits humains de l'ONU a condamné vendredi les "violations et les abus effroyables" commis par l'armée et les paramilitaires en guerre au Soudan.

Depuis le 15 avril, les Forces de soutien rapide (FSR) du général Mohammed Hamdane Daglo et l'armée dirigée par le général Abdel Fattah al-Burhane s'affrontent à Khartoum, ainsi que dans l'Ouest et le Sud.

Ce conflit a fait plusieurs milliers de morts et déplacé près de huit millions de personnes, d'après le Haut-Commissaire des Nations unies aux réfugiés (HCR).

"Depuis près d'un an, les récits en provenance du Soudan font état de morts, de souffrances et de désespoir, alors que le conflit absurde et les violations des droits humains se poursuivent sans aucune fin en vue", a déclaré vendredi le chef des droits humains de l'ONU, Volker Türk.

Ces déclarations font suite à la publication jeudi d'un rapport onusien documentant des exactions commises par les deux belligérants.

Le rapport révèle ainsi que l'armée et les paramilitaires "ont mené des attaques aveugles dans des zones densément peuplées, y compris des sites abritant des personnes déplacées -en particulier dans la capitale Khartoum, ainsi que dans le Kordorfan (sud) et le Darfour (ouest)" entre avril et décembre.

En novembre, une douzaine d'experts de l'ONU avaient déjà alerté sur les violences sexuelles généralisées, parfois motivées par l'appartenance ethnique et utilisées comme "un instrument de guerre" au Soudan. Le nouveau rapport recense "118 cas de violences sexuelles", dont "19 enfants" parmi les victimes.

Il affirme que "de nombreux viols ont été commis par les FSR", que des militants accusent depuis des mois de violer femmes et filles au Soudan.

"Certaines de ces violations seraient assimilables à des crimes de guerre", a prévenu M. Türk, qui appelle à une "enquête rapide, approfondie, efficace, transparente, indépendante et impartiale" et à ce que "les responsables soient traduits en justice".

Selon le rapport onusien, des preuves vidéo crédibles montrent que plusieurs étudiants voyageant par la route dans l'Etat du Kordofan du Nord pourraient avoir été décapités par des hommes en uniforme de l'armée régulière en raison de leur soutien supposé aux paramilitaires, du fait de leur appartenance ethnique.

La vidéo publiée sur les réseaux sociaux mi-février montre des troupes défilant avec des têtes décapitées tout en scandant des insultes à caractère ethnique, selon l'ONU.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique