Jeudi, 18 juillet 2024
International > Monde Arabe >

29.313 morts depuis le 7 octobre 2023, selon le dernier bilan du ministère de la santéde Gaza,

AFP , Mercredi, 21 février 2024

Le ministère de la Santé de Gaza a annoncé mercredi 21 février un nouveau bilan de 29.313 personnes tuées dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre en 7 octobre et plus de 69.333 blessés

gaza
Des Palestiniens pleurent la mort de proches dans le bombardement israélien de la bande de Gaza à la morgue d’un hôpital de Rafah. Photo : AP

La bande de Gaza menacée de famine est toujours plongée mercredi 21 février dans une catastrophe humanitaire qui frappe notamment la ville surpeuplée de Rafah, dans le sud, mais aussi le nord, pendant que de nouveaux pourparlers en vue d'une trêve s'amorcent au Caire.

Les bombardements israéliens se poursuivent sans répit à travers le territoire palestinien, où 118 personnes ont été tuées en 24 heures, selon le ministère de la Santé de Gaza.

Selon des témoins, des combats se déroulaient mercredi dans le sud à Khan Younès, où les soldats traquent depuis des semaines les combattants du Hamas au milieu des ruines, mais aussi à Zaytoun et Shujaiya, deux secteurs de la ville de Gaza, dans le nord.

Près d'un million et demi de personnes, selon l'ONU, sont massées dans cette ville située contre la frontière avec l'Egypte, dont la population a été multipliée par six depuis le début de la guerre, le 7 octobre.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé une prochaine offensive sur Rafah, afin de vaincre le Hamas dans son "dernier bastion" et libérer les otages détenus à Gaza.

- Un "cimetière" -

Cette perspective inquiète la communauté internationale, alors que l'Egypte accueille de nouvelles discussions en vue d'une trêve.

Une offensive à Rafah transformerait cette ville en "cimetière", a affirmé mardi la patronne de l'antenne américaine de Médecins sans Frontières.

Le chef du bureau politique du Hamas, Ismaïl Haniyeh, installé au Qatar et arrivé mardi au Caire, doit discuter mercredi avec le chef des services de renseignement égyptiens, Abbas Kamel, notamment de la "première phase" d'un plan élaboré en janvier par les pays médiateurs, Qatar, Etats-Unis et Egypte, a déclaré une source du Hamas à l'AFP à Gaza.

Cette première phase prévoyait une trêve de six semaines, associée à un échange d'otages contre des prisonniers palestiniens détenus par Israël et à l'entrée à Gaza d'une importante quantité d'aide humanitaire.

Le conseiller du président américain Joe Biden pour le Moyen-Orient, Brett McGurk, se rend de son côté mercredi en Egypte et jeudi en Israël.

Le Hamas réclame un cessez-le-feu, un retrait israélien de Gaza, la fin du blocus israélien et un abri sûr pour les centaines de milliers de civils déplacés par la guerre.

Israël de son côté affirme que son offensive se poursuivra tant que le Hamas n'aura pas été éliminé et les otages libérés.

L'armée a affirmé avoir tué "des dizaines " à Zaytoun mardi et détruit "des dizaines de cibles". A Khan Younès, elle a indiqué "intensifier" ses opérations et avoir tué "une vingtaine" de combattants du Hamas.

MSF a annoncé pendant la nuit qu'un abri hébergeant des membres de l'ONG et leurs familles avait été touché par une frappe israélienne à Al-Mawasi, à l'ouest de Khan Younès, qui a fait au moins deux morts et huit blessés selon le Croissant-rouge palestinien.

- "Chaos et violence" -

Selon l'ONU, 2,2 millions de personnes sont menacées de famine dans la bande de Gaza, dévastée et assiégée par Israël.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a suspendu mardi la distribution de son aide dans le nord, en proie "au chaos et à la violence".

Le Croissant-rouge palestinien a appelé mercredi "les institutions de l'ONU à intensifier leur aide, en particulier pour les zones du nord de la bande de Gaza où 400.000 personnes sont menacées de famine".

L'aide humanitaire, toujours insuffisante, entre à Gaza essentiellement par Rafah via l'Egypte, mais son acheminement vers le nord est rendu presque impossible par les destructions et les combats qui se poursuivent dans ce secteur, coupé du reste du territoire.

L'armée israélienne a lancé une offensive qui a fait 29.313 morts à Gaza, en grande majorité des civils, selon le ministère de la Santé du Hamas.

Mardi, les Etats-Unis, alliés d'Israël, ont mis leur veto à un projet de résolution du Conseil de sécurité de l'ONU qui exigeait un cessez-le-feu "humanitaire immédiat", estimant que cette résolution aurait mis en danger les délicates négociations en cours sur une trêve.

Le Hamas a dénoncé un "feu vert" donné à Israël pour perpétrer davantage de "massacres".

En Cisjordanie occupée, où la guerre à Gaza a provoqué une flambée de violence, les forces israéliennes ont annoncé mercredi avoir tué trois combattants palestiniens présumés lors d'un raid nocturne dans le secteur de Jénine.

 

Le ministère palestinien de la santé a confirmé la mort d'un Palestinien dans ce nouveau raid des forces israéliennes, qui les ont multipliés à travers la Cisjordanie occupée.

Selon l'agence palestinienne Wafa, "des agents infiltrés israéliens ont assiégé deux résidences dans le camp" de Jénine, situé en contrebas de la ville éponyme, ce qui a "déclenché de violents affrontements" au cours desquels un "missile" a été lancé sur une résidence.

Depuis le début de la guerre le 7 octobre, plus de 360 personnes ont été tuées en Cisjordanie par les forces israéliennes, selon le ministère palestinien de la Santé à Ramallah. L'année 2023 a été l'une des plus meurtrières du conflit pour eux depuis 2005.

*Article modifié par Ahraminfo

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique