Mercredi, 24 juillet 2024
International > Monde Arabe >

La Marine française détruit deux drones en mer Rouge

AFP , Mardi, 20 février 2024

Yémen
Des frégates de l'armée française ont détruit deux drones en mer Rouge dans la nuit de lundi 19 à mardi 20 février. Photo: AFP

Des frégates de la Marine française ont détruit deux drones en mer Rouge dans la nuit de lundi à mardi après "avoir détecté des attaques multiples de drones provenant du Yémen", selon le ministère des Armées.

"Ces actions contribuent à la sûreté maritime du canal de Suez jusqu'au détroit d'Ormuz", ajoute le communiqué du ministère, au lendemain de l'annonce par l'Union européenne du lancement de sa propre mission de protection de la navigation dans la région.

Les rebelles houthis, qui contrôlent de vastes régions du Yémen, mènent depuis novembre des attaques contre des navires dans la région. Ils affirment agir en solidarité avec les Palestiniens dans la bande de Gaza, où Israël mène une guerre sanglante contre le Hamas en représailles à l'attaque sans précédent du 7 octobre sur le sol israélien.

La France a déployé dans la région la frégate multi-missions (FREMM) Alsace le 20 janvier dernier, qui a rejoint la FREMM Languedoc arrivée le 8 décembre 2023, selon le ministère.

Le 10 décembre, la Languedoc avait dû procéder à des tirs de missiles antiaériens Aster 15 pour abattre deux drones qui se dirigeaient droit sur elle. Un tel tir de missiles sol-air en autodéfense constituait une première pour la Marine française.

Face aux attaques houthies, les Etats-Unis ont mis en place en décembre une force multinationale de protection maritime en mer Rouge, baptisée "Prosperity Guardian", tandis que l'Union européenne a annoncé lundi le lancement officiel d'une mission similaire, prévue pour un an et éventuellement renouvelable.

Elle pourra faire feu pour défendre les navires marchands ou se défendre elle-même, mais ne pourra pas viser des objectifs à terre contre des positions des rebelles houthis au Yémen, selon des diplomates.

Plusieurs pays ont fait part de leur intention d'y participer, notamment la Belgique, l'Italie, l'Allemagne ou la France. L'Espagne a indiqué qu'elle n'y participerait pas.

Une source militaire européenne a expliqué lundi à l'AFP que la mission assurerait "accompagnement, surveillance et éventuellement protection" dans la zone, avec la Grèce au commandement de l'opération (niveau stratégique) et l'Italie au commandement de la force (niveau tactique).

"On en est au stade de la déclaration politique. Les pays membres vont pouvoir envoyer leurs contributions. Il fallait cette déclaration pour lancer l'opération", a précisé cette source, ajoutant que l'Europe ne partait "pas de rien" dans la région puisque plusieurs bâtiments y sont déjà déployés.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique