Dimanche, 14 juillet 2024
International > Monde Arabe >

Gaza: Netanyahu rejette une reconnaissance internationale d'un Etat palestinien

AFP , Vendredi, 16 février 2024

La mise en oeuvre du plan évoqué par le Washington Post commencerait par un cessez-le-feu d'une durée prévue d'au moins six semaines.

Netanyahou
Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou. Photo : AP

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a rejeté jeudi soir toute reconnaissance internationale d'un Etat palestinien hors du cadre d'une reprise de négociations de paix israélo-palestiniennes, affirmant qu'une telle initiative "offrirait une énorme récompense au terrorisme".

Deux influents ministres israéliens d'extrême droite, Itamar Ben Gvir et Bezalel Smotrich, chargés respectivement de la Sécurité nationale et des Finances, ont déjà rejeté jeudi en termes similaires un plan évoqué par le quotidien américain Washington Post.

Le journal rapporte que les Etats-Unis, principal allié d'Israël, et plusieurs pays arabes proches de Washington travaillent à un plan complet destiné à établir une paix israélo-palestinienne durable après la fin de la guerre à Gaza.

"Israël continuera de s'opposer à la reconnaissance unilatérale d'un État palestinien. Une telle reconnaissance, à la suite du massacre du 7 octobre, offirait une énorme récompense à un terrorisme sans précédent et empêcherait tout futur accord de paix", a écrit en hébreu M. Netanyahu sur son compte X, ex-Twitter.

"Israël rejette catégoriquement les diktats internationaux concernant un règlement permanent avec les Palestiniens", a-t-il ajouté, réaffirmant qu'un accord de paix ne pouvait résulter que de "négociations directes sans conditions préalables".

La mise en oeuvre du plan évoqué par le Washington Post commencerait par un cessez-le-feu "d'une durée prévue d'au moins six semaines", a indiqué le quotidien américain, citant des responsables américains et arabes qui espèrent un accord avant le 10 mars, date de début du ramadan.

Il inclurait notamment une pause dans les combats, la libération des otages enlevés par le Hamas lors des attaques du 7 octobre en Israël et détenus depuis à Gaza, et un calendrier pour l'établissement à terme d'un Etat palestinien.

"Nous ne donnerons jamais notre accord à un tel plan, qui dit en réalité que les Palestiniens méritent une récompense pour le terrible massacre qu'ils ont commis", a écrit M. Smotrich sur le réseau social X, qualifiant un Etat palestinien de "menace existentielle pour l'Etat d'Israël".

*Article modifié par Ahraminfo

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique