Lundi, 22 avril 2024
International > Monde Arabe >

Trois morts dans des frappes israéliennes près de Damas : ONG

AFP, Samedi, 10 février 2024

Des frappes israéliennes ont ciblé tôt samedi les environs de la capitale syrienne Damas, tuant au moins trois personnes, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Damas
Frappes israéliennes contre le sud de Damas. Photo d'archives AFP

Le directeur de cette ONG basée au Royaume-Uni et disposant d'un vaste réseau de sources en Syrie, a précisé que de nombreuses autres personnes avaient été blessées lors des frappes sur un quartier abritant des "villas de militaires et d'officiels de haut rang".

Le bilan pourrait s'aggraver, a ajouté Rami Abdel Rahman, qui n'était pas en mesure de préciser si les victimes étaient des militaires ou des civils.

L'OSDH avait fait état plus tôt de frappes israéliennes sur un "complexe résidentiel" à l'ouest de Damas.

"Vers 01H05 ce matin (22H05 GMT vendredi), l'ennemi israélien a lancé une agression aérienne (...) ciblant un certain nombre de points dans les environs de Damas. Nos systèmes de défense aérienne ont intercepté certains missiles, tandis que d'autres ont entraîné quelques pertes matérielles", a déclaré de son côté une source militaire à l'agence officielle Sana.

La zone autour d'un aéroport militaire près de Damas avait été bombardée vendredi, selon les deux mêmes sources.

L'OSDH avait notamment indiqué que "la zone de l'aéroport militaire de Mazzé, à l'ouest de la capitale Damas, a été prise pour cible", sans préciser qui était à l'origine de cette attaque de "missile". "Le Hezbollah libanais et d'autres groupes pro-iraniens y sont présents", selon l'ONG.

L'armée israélienne a mené des centaines de frappes aériennes en Syrie depuis le début en 2011 de la guerre civile dans ce pays voisin.

Ces frappes se sont multipliées depuis le début en octobre de la guerre dans la bande de Gaza.

Les autorités israéliennes commentent rarement ces frappes mais ont déclaré à plusieurs reprises qu'elles ne permettraient pas à l'Iran, son ennemi, d'étendre sa présence en Syrie.

*Article modifié par Ahraminfo

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique