Dimanche, 14 avril 2024
International > Monde Arabe >

Cisjordanie: "les violences des colons doivent cesser", dit le chef de la diplomatie française

AFP, Lundi, 05 février 2024

Le chef de la diplomatie française, Stéphane Séjourné, a estimé lundi que "les violences des colons" israéliens en Cisjordanie occupée devaient "cesser", à l'issue d'un entretien à Jérusalem avec le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu.

Stéphane Sejourne
Stéphane Séjourné, lors d’une conférence de presse à Jérusalem. Photo : AFP

"Il ne peut y avoir en aucun cas de déplacement forcé de Palestiniens, ni en dehors de Gaza, ni en dehors de la Cisjordanie", a ajouté Stéphane Séjourné, en tournée au Proche-Orient pour tenter de pousser à une trêve des combats entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza.

Le ministre a par ailleurs condamné les propos "violents qui sèment la haine (contre les) Palestiniens voire appellent à la commission de crimes de guerre. Ces propos sont de plus en plus nombreux en Israël et sont relayés par des responsables politiques (...). Nous trouvons ça grave".

"L'avenir de la bande de Gaza est indissociable de l'avenir de la Cisjordanie, nous devons préparer cet avenir en soutenant l'Autorité palestinienne. Celle-ci doit se renouveler et se redéployer dès que possible dans la bande de Gaza", a-t-il en outre estimé.

"Je le répète, Gaza est une terre palestinienne", a martelé le ministre des Affaires étrangères, qui effectue sa première tournée dans la région depuis sa nomination en janvier.

Depuis 2007, les Palestiniens vivent sous deux gouvernements rivaux, celui du Hamas à Gaza et celui de l'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas qui tient des pans de la Cisjordanie occupée.

- "Règlement politique global" -

Le ministre a appelé de ses voeux "un règlement politique global, avec deux Etats vivant en paix côte à côte" qui supposerait que le processus de paix reprenne "sans attendre". "Sans solution politique, pas de paix juste et durable au Proche-Orient, c'est notre position et c'est notre analyse de la situation".

Séjourné devait se rendre ensuite à Ramallah, en Cisjordanie, où il devait rencontrer son homologue de l'Autorité palestinienne Riyad al-Malki, puis le président de celle-ci, Mahmoud Abbas.

Dimanche au Caire, il avait déclaré "refuser" tout "déplacement forcé" vers l'Egypte des Gazaouis, qui fuient la guerre entre Israël et le Hamas et s'entassent désormais aux portes de la péninsule égyptienne du Sinaï.

Depuis le début de la guerre, 27.478 Palestiniens, en grande majorité des femmes, des enfants et des adolescents, ont été tués dans la bande de Gaza par les bombardements et les opérations militaires israéliennes, selon le ministère de la Santé à Gaza.

 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique