Samedi, 13 avril 2024
International > Monde Arabe >

Les frappes américaines en Irak et Syrie "mettent de l'huile sur le feu", prévient le Hamas

AFP, Samedi, 03 février 2024

Le mouvement palestinien Hamas a condamné samedi les frappes nocturnes américaines en Syrie et en Irak, estimant que les Etats-Unis "mettaient de l'huile sur le feu" au Proche-Orient et étaient "pleinement responsables" des répercussions éventuelles.

Bagdad
Des membres des forces Hashed al-shaabi (Mobilisation populaire) portent le cercueil d'un camarade, mort la veille dans des frappes aériennes américaines visant des groupes soutenus par l'Iran, lors de ses funérailles au quartier général des forces Hashed al-shaabi à Bagdad. Photo : AFP

Les Etats-Unis "portent la responsabilité des conséquences de cette brutale agression contre l'Irak et la Syrie, qui met de l'huile sur le feu", a déclaré le Hamas dans un communiqué en anglais.

"Nous confirmons que la région ne trouvera ni la stabilité ni la paix tant que n'auront pas cessé l'agression sioniste (israélienne, ndlr), les crimes de génocide et le nettoyage ethnique contre notre peuple dans la bande de Gaza".

Les Etats-Unis ont mené des frappes visant des forces d'élite iraniennes et des groupes pro-iraniens en Irak et en Syrie, en représailles à une attaque de drone le 28 janvier en Jordanie qui avait tué trois militaires américains.

Cette attaque a été attribuée par Washington à des groupes soutenus par l'Iran.

Au moins 23 combattants pro-iraniens ont été tués par les frappes sur l'est de la Syrie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). En Irak, 16 personnes parmi lesquelles des civils ont été tuées, a annoncé le gouvernement irakien.

Depuis la mi-octobre, plus de 165 frappes de drones et tirs de roquettes ont visé les forces américaines déployées avec la coalition antijihadiste en Irak et en Syrie.

Revendiquées pour la plupart par une nébuleuse de combattants issus des groupes pro-iraniens qui se fait appeler "Résistance islamique en Irak", ces attaques se sont multipliées après le début de la guerre à Gaza le 7 octobre.

Classées "terroristes" par Washington, ces factions se réclament de ce que l'Iran appelle "l'axe de la résistance", aux côtés du mouvement libanais Hezbollah, des rebelles Houthis du Yémen et du Hamas.

* Article modifié par Ahraminfo

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique