Lundi, 22 avril 2024
International > Monde Arabe >

Gaza: l'aide à l'Unrwa suspendue par plusieurs pays

AFP, Lundi, 29 janvier 2024

Dix pays ont jusqu'ici suspendu tout financement futur à l'agence onusienne pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), après des accusations vendredi selon lesquelles des employés pourraient avoir été impliqués dans les attaques du 7 octobre.

UNRWA
Des Palestiniens déplacés reçoivent une aide alimentaire au centre de l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 28 janvier 2024. Photo: AFP

Israël, qui espère "faire cesser" toutes les activités de l'agence, a affirmé vouloir s'assurer que l'Unrwa "ne fera pas partie" de la solution dans le territoire palestinien après la guerre à Gaza.

Pour l'Autorité palestinienne, l'Unrwa a besoin d'"un soutien maximal" et "non qu'on lui coupe soutien et assistance".

Les Etats-Unis avaient immédiatement annoncé vendredi l'arrêt temporaire de toute contribution financière future à l'Unrwa, suivis par le Canada, l'Australie, l'Italie, le Royaume-Uni, la Finlande, les Pays-Bas, l'Allemagne, le Japon et l'Autriche.

La Suisse attend en revanche d'avoir plus d'informations avant de prendre une décision sur leurs aides à l'Unrwa, de même que la France qui a toutefois annoncé dimanche qu'elle ne prévoyait pas de "nouveau versement" à l'agence pour le premier trimestre de l'année. La Norvège a en revanche fait savoir qu'elle maintenait son financement.

L'agence onusienne s'est séparée de son côté de 12 de ses employés.

Japon 

Le Japon, "extrêmement préoccupé", a décidé de "suspendre tout financement supplémentaire à l'Unrwa pour le moment", le temps que l'agence "mène une enquête" et "envisage des mesures pour répondre aux accusations", a indiqué dimanche le ministère japonais des Affaires étrangères.

Tokyo précise qu"il "continuera ses efforts diplomatiques pour améliorer la situation" en "fournissant un soutien à d'autres organisations internationales".

Etats-Unis 

"Les Etats-Unis sont extrêmement préoccupés par les accusations selon lesquelles 12 employés de l'Unrwa pourraient avoir été impliqués dans l'attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre", a indiqué le porte-parole du Département d'Etat, Matthew Miller.

Tout en rappelant le "rôle essentiel" de l'Unrwa dans l'aide aux Palestiniens, le département d'Etat insiste sur l'importance que cette agence de l'ONU "réponde à ces accusations et prenne toute mesure corrective appropriée".

Canada 

Le ministre canadien du Développement international, Ahmed Hussen, a annoncé vendredi que "le Canada a temporairement suspendu tout financement additionnel à l'Unrwa pendant qu'elle entreprend une enquête approfondie sur ces accusations".

"Le Canada prend ces accusations extrêmement au sérieux et s'implique étroitement avec l'Unrwa et d'autres donateurs sur cette question", a-t-il ajouté, stipulant aussi qu'Ottawa "restait "profondément préoccupé par la crise humanitaire à Gaza".

Australie 

La ministre australienne des Affaires étrangères, Penny Wong, s'est dite samedi "profondément préoccupée" par les accusations portées contre l'agence onusienne.

"Nous saluons la réponse immédiate de l'Unrwa, y compris la résiliation de contrats (de membres du personnels, NDLR) ainsi que l'annonce d'une enquête sur les accusations envers l'organisation", a-t-elle ajouté tout en notant l'impact du "travail vital" de l'agence pour les habitants de Gaza et "les plus de 1,4 million de Palestiniens qui s'abritent actuellement dans ses installations".

Italie 

"Le gouvernement italien a suspendu le financement de l'Unrwa après l'attaque du 7 octobre", a annoncé le ministre italien des Affaires étrangères, Antonio Tajani.

"L'antisémitisme et le Hamas sont les nouveaux SS, la nouvelle Gestapo, parce que la chasse au juif a été menée de manière scientifique", a en outre commenté M. Tajani, samedi jour du souvenir de la Shoah.

Royaume-Uni

"Le Royaume-Uni suspend temporairement tout financement futur de l'Unrwa pendant que nous examinons ces accusations préoccupantes", a-t-il ajouté.

 Finlande 

Jugeant "sérieuses" les allégations contre les employés de l'Unrwa, le ministère finlandais des Affaires étrangères a appelé samedi à "une enquête indépendante et approfondie".

"Nous devons nous assurer que pas un seul euro d'argent finlandais ne parvienne au Hamas ou à d'autres terroristes. Le soupçon que des employés d'une organisation recevant de l'aide humanitaire sont impliqués dans une attaque terroriste est la raison de la suspension des paiements", a commenté Ville Tavio, ministre du Commerce extérieur et du développement.

Pays-Bas 

"Nous sommes extrêmement choqués", a déclaré samedi le ministre néerlandais du Commerce et du développement, Geoffrey van Leeuwen, en annonçant le gel de tout financement à l'Unrwa.

Allemagne 

"Tant que ce ne sera pas éclairci, l'Allemagne, en accord avec les autres pays donateurs, ne va pas donner temporairement son aval pour de nouveaux moyens pour l'Unrwa à Gaza", ont annoncé samedi soir les ministères allemands des Affaires étrangères et du Développement.

"Pour le moment, de toute façon, il n'y avait aucun engagement en attente", ont-ils précisé.

Autriche 

Dans l'attente de "clarifications", l'Autriche a décidé lundi de "suspendre provisoirement tout nouveau versement à l'Unrwa", tout en poursuivant son aide humanitaire pour la population civile à Gaza et dans la région.

Le ministère autrichien des Affaires étrangères a réclamé lundi "une enquête complète, rapide et sans faille".

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique