Mercredi, 24 avril 2024
International > Monde Arabe >

Shoukry confirme le plein soutien de l'Egypte à l’UNRWA

Ahraminfo , Dimanche, 28 janvier 2024

Les pays qui ont cessé leur financement à l’UNRWA représentent 70% des capacités de l’agence.

s
Le ministre des Affaires étrangères, Sameh Shoukry et le Commissaire-Général de l’UNRWA, Philippe Lazzarini.

Le ministre des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, a affirmé dimanche 28 janvier, le soutien continu de l'Egypte à l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA), lors d’un appel téléphonique avec le Commissaire-Général de l’UNRWA, Philippe Lazzarini, selon le porte-parole du ministère sur X.

« Les tentatives d’affaiblir l’UNRWA dans ces circonstances difficiles aggraveront les effets du blocus (israélien), de la famine et de la punition collective des Palestiniens », a affirmé Shoukry.

Et d’ajouter qu’il est inacceptable que les activités de l'UNRWA cessent en cette période sensible, insistant sur le rôle primordial de cette organisation dans la fourniture des services de base aux réfugiés palestiniens.

Pour sa part, Lazzarini a salué les efforts de l’Egypte pour aider le peuple palestinien.

Le premier ministre palestinien, a déclaré dimanche que « Les pays qui ont cessé leur financement à l’UNRWA représentent 70% des capacités de l’agence ».

Israël a accusé vendredi plusieurs employés de l'UNRWA d'avoir participé à l'attaque du 7 octobre.

Les Etats-Unis ont immédiatement réagi en annonçant qu'ils cessaient leur financement à l'UNRWA, et ils ont été suivis ensuite par un certain nombre de pays, dont l'Allemagne, l'Australie, l'Italie, la Finlande et le Royaume Uni.

D'autres pays comme la Suisse attendent d'avoir plus d'informations avant de prendre une décision sur leurs aides à l'Unrwa.

L'UNRWA a pour mission de répondre aux besoins essentiels des réfugiés palestiniens en matière de santé, d'éducation, d'aide humanitaire et de services sociaux.

L’organisation a réagi aux accusations israéliennes en renvoyant les personnes mises en cause et en promettant une enquête approfondie et, si cette participation était prouvée, des poursuites judiciaires, mais Israël a annoncé qu’il interdirait à l'agence de continuer à travailler à Gaza après la guerre.

Le chef des Nations unies a appelé les pays donateurs à garantir la poursuite des activités menées par l’Agence en faveur des civils à Gaza.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique