Jeudi, 25 avril 2024
International > Monde Arabe >

L'ONU appelle à garantir les activités de l'Unrwa à Gaza où les combats se poursuivent

AFP, Dimanche, 28 janvier 2024

Le chef des Nations unies a appelé dimanche à garantir la poursuite des opérations de l'agence onusienne pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), au centre d'une polémique liée à l'attaque du 7 octobre à Gaza où l'armée israélienne poursuit son offensive sur la ville de Khan Younès.

s
Des employés de l'agence de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) dans une école transformée en abri pour les Palestiniens déplacés à Khan Younès. Photo : AFP

Au moins 129 personnes ont été tuées dans la nuit dans le territoire palestinien, cible de frappes aériennes et de tirs de l'artillerie israélienne.

A New York, Antonio Guterres a appelé les pays donateurs ayant suspendu leur financement à l'Unrwa à "au moins garantir" la poursuite de ses opérations, essentielles à deux millions de personnes dans le petit territoire assiégé et surpeuplé.

"Deux millions de civils à Gaza dépendent de l'aide critique de l'Unrwa pour leur survie au quotidien mais le financement actuel de l'Unrwa ne lui permettra pas de répondre à tous les besoins en février", a-t-il insisté.

Plusieurs pays, dont les Etats-Unis et l'Allemagne, les deux plus grands contributeurs, ont suspendu toute aide additionnelle à l'Unrwa après l'annonce vendredi que douze de ses employés étaient suspectés d'avoir participé à l'attaque du Hamas dans le sud d'Israël le 7 octobre.

"Actes abjects" 

Les opérations militaires israéliennes ont provoqué la mort de 26.422 palestiniens , en grande majorité des femmes, enfants et adolescents, selon un bilan communiqué dimanche par le ministère palestinien de la Santé à Gaza.

M. Guterres a confirmé que 12 employés de l'Unrwa étaient concernés par ces "accusations extrêmement graves" qui font l'objet d'une enquête interne de l'ONU. L'agence s'est séparée de neuf d'entre eux, un est "confirmé mort", et les identités de deux autres sont "en train d'être clarifiées", a-t-il précisé.

"Les présumés actes abjects de ces employés doivent avoir des conséquences" mais ne devraient pas pénaliser "les dizaines de milliers d'hommes et de femmes qui travaillent" pour l'agence onusienne, a-t-il souligné.

L'ambassadeur israélien à l'ONU, Gilad Erdan, a accusé M. Guterres d'avoir choisi d'ignorer "les preuves" de l'implication de l'Unrwa dans "l'incitation et le terrorisme".

Le Hamas, qui a pris le pouvoir à Gaza en 2007, a dénoncé des "menaces" contre l'agence.

"Combats intenses"

Un refuge de l'Unrwa avait été la cible de tirs meurtriers mercredi à Khan Younès. Considérée par Israël comme une place forte du Hamas, la grande ville du sud de Gaza est désormais au coeur de la guerre.

Des "combats intenses" s'y sont poursuivis dimanche, a indiqué l'armée israélienne qui a éliminé "des terroristes et saisi d'importantes quantités d'armes".

Les combats ont notamment lieu aux abords des deux principaux hôpitaux de la ville, Nasser et al-Amal.

Environ 350 patients et 5.000 personnes déplacées se trouvaient samedi à l'hôpital Nasser, "à court de carburant, nourriture et fournitures", selon Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Au sud de Khan Younès, plus de 1,3 million de Gazaouis déplacés sont massés à Rafah, acculés, dans des "conditions de désespoir", contre la frontière fermée avec l'Egypte, selon l'ONU.

Les rues où s'écoulent les eaux usées sont remplies de centaines de milliers de tentes, abris dérisoires contre les pluies diluviennes qui se sont abattues ces derniers jours, selon un journaliste de l'AFP.

La ville n'est pas non plus épargnée par les bombes. "Il n'y a aucun endroit sûr dans la bande de Gaza. Tout ce qui est dit est faux", témoigne Mohammed Al-Chaer, un habitant de la ville, dans son quartier dévasté.

Manifestations en Israël 

Alors que la guerre, à son 114e jour, ne connaît aucun répit, l'Egypte ,le Qatar et les Etats-Unis doivent relancer les discussions pour parvenir à une nouvelle trêve, qui inclurait la libération d'otages israéliens contre des prisonniers palestiniens.

Le directeur de la CIA, le service de renseignement américain, va rencontrer "dans les tout prochains jours à Paris" ses homologues israélien et égyptien, ainsi que le Premier ministre qatari, pour tenter de conclure un accord, selon une source sécuritaire.

Plusieurs milliers de personnes ont participé samedi soir à des rassemblements en Israël, notamment dans le centre de Tel-Aviv, pour demander le retour des otages et la démission du gouvernement en vue de nouvelles élections.

Mais dans une allocution télévisée, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a répété sa détermination: "si nous n'éliminons pas les terroristes du Hamas (...) le prochain massacre n'est qu'une question de temps".

*Article modifié par Ahraminfo

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique