Dimanche, 21 avril 2024
International > Monde Arabe >

Liban: le Hezbollah dit avoir visé un centre de commandement dans le nord d'Israël

AFP, Mardi, 09 janvier 2024

Le Hezbollah libanais a affirmé avoir ciblé mardi un centre de commandement de l'armée israélienne dans le nord du pays, en réponse à l'élimination du numéro deux du mouvement islamiste palestinien Hamas et d'un haut responsable militaire de sa formation.

Hezbollah
La voiture attaquée utilisée par le haut commandant du Hezbollah, Wissam Tawil, tué lundi, dans un village au sud du Liban. Photo: AFP

Le Hezbollah a déclaré dans un communiqué avoir ciblé "le centre de commandement de la région nord de l'armée" israélienne à l'aide de "plusieurs drones suicides", en "réponse" à l'élimination le 2 janvier du numéro deux du Hamas, Saleh al-Arouri, et à celle de son responsable, Wissam Tawil, tué lundi.

Saleh al-Arouri et six autres responsables et cadres du Hamas ont été tués dans une frappe attribuée à Israël le 2 janvier, dans la banlieue sud de Beyrouth, fief du Hezbollah.

Samedi, le Hezbollah avait tiré des dizaines de roquettes vers une base militaire à Meron dans le nord d'Israël, une attaque présentée comme sa première riposte à cette frappe.

Et lundi, la branche armée du Hezbollah a annoncé la mort du "commandant Wissam Hassan Tawil", après qu'une frappe israélienne a visé sa voiture dans le sud du Liban, selon une source de sécurité à l'AFP.

Il s'agit du plus haut responsable militaire du Hezbollah tué depuis que le mouvement islamiste libanais a ouvert le front avec Israël pour soutenir le Hamas palestinien.

Wissam Tawil avait participé à la capture de soldats israéliens ayant déclenché la guerre à l'été 2006 contre Israël, mais aussi les "opérations spécifiques qu'il a menées en Syrie", selon le parti.

Le groupe a également précisé qu'il a "dirigé de nombreuses opérations" contre les soldats israéliens à la frontière israélo-libanaise depuis le 7 octobre 2023.

Les échanges de tirs entre l'armée israélienne et le Hezbollah sont quotidiens à la frontière entre Israël et le Liban depuis le 8 octobre.

Depuis le début des violences, le Hezbollah a perdu plus de 135 combattants dans des frappes israéliennes dans le sud du Liban.

Plus de vingt civils parmi lesquels trois journalistes ont également péri, selon un décompte de l'AFP.

Dans le nord d'Israël, neuf soldats et cinq civils ont été tués, selon les autorités israéliennes.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique