Mercredi, 17 juillet 2024
International > Monde Arabe >

Gaza: Le roi de la Jordanie Abdallah II appelle à des pressions américaines sur Israël pour un cessez-le-feu

AFP, Dimanche, 07 janvier 2024

Abdallah II de Jordanie a appelé dimanche les Etats-Unis à faire pression sur Israël pour obtenir un "cessez-le-feu immédiat" à Gaza et mis en garde contre les "répercussions catastrophiques" d'une poursuite des hostilités, en recevant le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken à Amman.

s

Arrivé samedi soir, M. Blinken effectue une nouvelle tournée au Moyen-Orient pour tenter d'éviter un débordement du conflit et prévenir "un cycle sans fin de violences". Il doit également visiter un centre du Programme alimentaire mondial, selon un haut responsable américain dans son entourage.

Selon un communiqué du palais royal à Amman, Abdallah II a également souligné la nécessité de mettre fin à la "tragique crise humanitaire dans la bande de Gaza".

Il a réaffirmé que "la région ne connaîtrait pas la stabilité sans une solution juste à la question palestinienne et sans la réalisation d'une paix juste et globale basée sur la solution à deux États", palestinien et israélien.

Il a également répété "le rejet total par la Jordanie du déplacement forcé des Palestiniens" et "des tentatives de séparer Gaza de la Cisjordanie", deux territoires qui font partie intégrante d'un futur Etat palestinien, selon lui.

Le roi de Jordanie a aussi dénoncé "les actes de violence commis par des colons extrémistes contre les Palestiniens et les violations des lieux saints musulmans et chrétiens à Jérusalem", mettant en garde contre le danger d'une "explosion de la situation dans la région".

M. Blinken avait affirmé samedi soir lors d'une escale en Crète l'importance de s'"assurer que le conflit ne se propage pas".

"L'une des véritables préoccupations est la frontière entre Israël et le Liban et nous voulons faire tout notre possible pour nous assurer qu'il n'y ait pas d'escalade", avait-il ajouté.

Le Hezbollah libanais a tiré des dizaines de roquettes samedi sur une base militaire dans le nord d'Israël, une attaque présentée comme sa première riposte à l'élimination, attribuée à Israël, du numéro deux du Hamas mardi près de Beyrouth.

"On veut s'assurer que les pays qui pensent de même utilisent leurs liens, leur influence, leurs relations avec certains des acteurs qui pourraient être impliqués pour garder le contrôle des choses, afin de s'assurer que le conflit ne s'étende pas", a encore dit M. Blinken.

"Rôle vital"

Il a cité en particulier le "rôle vital" que peut jouer la Turquie à cet égard, après s'être entretenu samedi à Istanbul avec le président turc Recep Tayyip Erdogan.

La guerre sans répit entre Israël et le Hamas palestinien dans la bande de Gaza, entrée dimanche dans son quatrième mois, suscite les craintes d'un débordement avec la multiplication des violences, non seulement à la frontière israélo-libanaise, mais aussi en Irak, en Syrie et en mer Rouge.

Les opérations militaires israéliennes dans la bande de Gaza ont fait 22.722 morts, en majorité des civils, selon le ministère de la Santé palestinien à Gaza.

M. Blinken, dont le pays est le premier soutien politique et militaire d'Israël, a insisté sur le caractère "impératif" d'accroître l'aide humanitaire à la population palestinienne de Gaza, "de réduire le nombre des victimes civiles, de travailler à une paix régionale durable et d'avancer vers l'établissement d'un Etat palestinien".

Après la Jordanie, M. Blinken s'envolera pour le Qatar, qui a joué un rôle de médiateur dans la trêve entre Israël et le Hamas palestinien fin novembre. Il achèvera la journée à Abou Dhabi, avant de se rendre lundi en Arabie saoudite, puis en Israël où il s'attend, de son propre aveu, à avoir des conversations qui ne seront "pas faciles".

* Article modifié par Ahraminfo

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique