Mardi, 23 avril 2024
International > Monde Arabe >

Le Hezbollah dit avoir tiré 62 roquettes sur une base israélienne

AFP, Samedi, 06 janvier 2024

Le Hezbollah libanais a affirmé avoir tiré samedi 6 janvier des dizaines de roquettes vers une base militaire dans le nord d'Israël, présentant cette attaque comme sa première riposte à l'élimination du numéro deux du Hamas dans son fief près de Beyrouth.

Smoke rises
Le Hezbollah libanais a affirmé avoir tiré des dizaines de roquettes vers une base militaire dans le nord d'Israël. Photo: AFP

Saleh al-Arouri et six autres responsables et cadres du Hamas ont été tués mardi soir 2 janvier 2024 dans une frappe attribuée à Israël contre un bureau du Hamas, dans la banlieue sud de Beyrouth, un fief du Hezbollah pro-iranien.

Le Hamas, le Hezbollah et le gouvernement libanais ont accusé Israël et un responsable américain de la défense a dit mercredi qu'il s'agissait bien d'une "frappe israélienne".

Israël n'a pas endossé la responsabilité de cette frappe, la première près de Beyrouth depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas palestinien le 7 octobre.

"Dans le cadre de la réponse initiale à l'assassinat du grand leader cheikh Saleh al-Arouri, la résistance islamique (Hezbollah, ndlr) a ciblé la base militaire d'observation radar et de contrôle aérien de Meron avec 62 missiles de types différents", a indiqué le Hezbollah dans un communiqué.

L'armée israélienne a fait état samedi matin 6 janvier d'une quarantaine de tirs de roquettes tirées vers la région de Meron depuis le Liban voisin, ajoutant dans un communiqué que ses forces avaient frappé en riposte une cellule responsable de certains de ces tirs.

Depuis le 8 octobre, le Hezbollah lance des attaques quotidiennes contre Israël depuis le sud du Liban, en soutien au Hamas, son allié. Et Israël riposte en bombardant des cibles dans le sud du Liban.

Le Hezbollah cible notamment des positions militaires israéliennes proches de la frontière.

Les violences ont fait 175 morts au Liban, parmi lesquels 129 combattants du Hezbollah mais aussi plus de 20 civils, selon un décompte de l'AFP.

Vendredi, le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a affirmé que la frappe de mardi 2 janvier sur son fief "est grave et ne resterait pas sans réponse". "La riposte est inéluctable" et le mouvement va "répondre" sur "le champ de bataille", a-t-il averti.

*Article modifié par Ahraminfo.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique