Jeudi, 20 juin 2024
International > Monde Arabe >

Blinken au Moyen-Orient pour prôner une aide accrue à Gaza et éviter l'embrasement

AFP, Vendredi, 05 janvier 2024

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken est arrivé vendredi en Turquie, première étape de sa quatrième tournée au Moyen-Orient depuis le début la guerre à Gaza, au cours de laquelle il entend plaider pour une aide accrue pour Gaza et des moyens d'éviter l'embrasement dans un contexte régional à cran.

s
Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken commence sa quatrième tournée au Moyen-Orient depuis le début la guerre à Gaza. Photo : AFP

Blinken s'attend à des discussions difficiles lors de cette nouvelle tournée qui l'amènera, outre en Israël en début de semaine prochaine, dans cinq pays arabes - Jordanie, Qatar, Emirats, Arabie saoudite et Egypte -, ainsi qu'en Cisjordanie, siège de l'Autorité palestinienne, a indiqué à la presse son porte-parole Matthew Miller.

Dans cette tournée prévue jusqu'au 10 janvier, le secrétaire d'Etat américain discutera des "mesures immédiates visant à accroître considérablement l'aide humanitaire à Gaza", où la situation humanitaire est décrite par l'ONU et les ONG comme "catastrophique".

"Nous ne nous attendons pas à ce que toutes les conversations de ce voyage soient faciles. Il est évident que la région est confrontée à des problèmes difficiles et que des choix difficiles s'imposent", a affirmé Miller.

"Mais le secrétaire d'Etat estime qu'il est de la responsabilité des Etats-Unis de mener des efforts diplomatiques pour s'attaquer de front à ces défis", a-t-il ajouté.

La position américaine est délicate : les Etats-Unis sont le premier soutien militaire d'Israël et ils rejettent un cessez-le-feu réclamé avec force par les pays arabes notamment.

Washington n'est pas opposé en revanche à des pauses humanitaires comme celle qui a eu lieu en novembre permettant la libération d'otages retenus par le Hamas.

En dépêchant une nouvelle fois le secrétaire d'Etat américain dans la région - ce sera son cinquième déplacement officiel en Israël depuis la guerre à Gaza -, les Etats-Unis entendent ainsi maintenir la pression sur les autorités israéliennes.

Malgré une marge de manoeuvre limitée, les responsables de l'administration américaine répètent que les pressions exercées en coulisses sur Israël portent leurs fruits, mais ils ne cachent pas leur frustration avec le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu et sa conduite de la guerre.

Israël a lancé une vaste campagne militaire, pilonnant sans relâche la bande de Gaza du nord au sud. Selon le Hamas, celle-ci a fait 22.600 morts côté palestinien.

Les Etats-Unis dénoncent aussi les positions extrêmes de ministres israéliens appelant au retour de colons juifs à Gaza, après la guerre en cours, et visant à "encourager" la population palestinienne à émigrer.

Eviter l'escalade

Les craintes de voir la guerre embraser tout le Moyen-Orient se sont encore accrues depuis une frappe mardi au N.2 du Hamas, Saleh al-Arouri, dans la banlieue sud de Beyrouth, et une double explosion qui a fait 89 morts mercredi en Iran, revendiquée par Daech.

Blinken s'en est d'ailleurs entretenu mercredi avec son homologue française Catherine Colonna, les deux responsables discutant de mesures visant à "éviter l'escalade au Liban et en Iran", a fait savoir jeudi le département d'Etat américain.

Les deux ministres ont également échangé au téléphone de "mesures visant à faire baisser la tension en Cisjordanie", selon un communiqué.

 Suède à l'Otan

En Turquie, la situation à Gaza sera évoquée avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, soutien traditionnel de la cause palestinienne, qui a multiplié depuis la guerre à Gaza, les invectives à l'égard d'Israël, dénonçant aussi le soutien des Etats-Unis au gouvernement israélien.

Il sera aussi question de faire à nouveau pression sur la Turquie pour qu'elle ratifie l'adhésion de la Suède à l'Otan.

La Turquie, qui conditionne son feu vert à la livraison d'avions de combat américains F-16, jusqu'ici bloquée par le Congrès, est le dernier membre de l'Alliance atlantique avec la Hongrie à barrer la route à la Suède.

Diplomatie oblige, Blinken fera une brève escale samedi en Grèce, qui s'inquiète de cette vente d'avions de combat à Ankara, son adversaire historique.

* Article modifié par Ahraminfo

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique