Lundi, 22 avril 2024
International > Monde Arabe >

De fortes explosions entendues à proximité du commandement de l'armée soudanaise à Khartoum

Maha Salem , Samedi, 30 décembre 2023

l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) appelle à une action urgente face à la crise sanitaire au Soudan.

Khartoum
De fortes explosions ont eu lieu à la capitale soudanaise, Khartoum. Photo: AP

 De fortes explosions résultant de tirs d'artillerie ont été entendus, samedi 30 décembre, dans plusieurs zones de la capitale soudanaise, Khartoum. Ces explosions se sont produites aux alentours du commandement de l'armée soudanaise de la capitale soudanaise. Par ailleurs, d'autres explostions ont visé  dans la région de Wad Madani, au centre du Soudan,  les positions de la milice de soutien rapide (FSR). 

 Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de  l'OMS a appellé à une action urgente face à la crise sanitaire au Soudan pour faire face à l'aggravation des crises sanitaires et humanitaires au Soudan et demandé à la communauté internationale d'accroître son aide financière.

Ghebreyesus, à travers la plateforme « X », a appelé à des mesures urgentes pour mettre fin à l'escalade du conflit au Soudan, où les crises humanitaire et sanitaire s'aggravent avec le déplacement de centaines de milliers de personnes, pour la plupart des femmes et des enfants. ».

Depuis mi-avril, le Soudan connaît une guerre sanglante qui oppose l'armée aux paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR).

Fuyant les combats à Khartoum, plus d'un demi-million de personnes s'étaient réfugiées plus au sud, dans l'Etat d'Al-Jazira. Mais depuis peu les FSR ont avancé dans cet Etat et, attaquant la ville de Wad Madani le 15 décembre, elles ont forcé plus de 300.000 personnes à fuir à nouveau.

"Tout en répondant avec ses partenaires aux besoins sanitaires aigus, notamment en contrôlant la propagation des maladies et en luttant contre les menaces de malnutrition, l'OMS appelle aussi à un soutien financier accru de la communauté internationale pour répondre aux besoins sanitaires urgents des populations touchées", a poursuivi le Dr Tedros.

"Il s'agit notamment de renforcer la fourniture de services de santé de base aux plus vulnérables dans les États touchés, où au moins 70% des établissements de santé ne fonctionnent pas en raison du conflit", a-t-il ajouté.

L'ONU estime qu'au moins 7,1 millions de personnes ont été déplacées depuis le début du conflit en cours, dont 1,5 million ont trouvé refuge dans des pays voisins.

Et plus de 12.000 personnes ont été tuées, selon une estimation prudente de l'ONG Acled ("Armed Conflict Location and Event Data Project").

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique