Mercredi, 24 avril 2024
International > Monde Arabe >

Le gouvernement yéménite salue les efforts de l'ONU pour mettre fin à la guerre

AFP, Dimanche, 24 décembre 2023

Le gouvernement du Yémen a salué les efforts de l'ONU pour mettre fin à la guerre civile qui fait rage dans le pays, après l'engagement des belligérants à respecter un nouveau cessez-le-feu.

s
Les forces des Houthis. Photo : AFP

A la suite d'une série de réunions en Arabie saoudite et à Oman, les rebelles Houthis et le gouvernement yéménite se sont engagés "en faveur d'un ensemble de mesures visant à mettre en oeuvre un cessez-le-feu à l'échelle du pays", et ont accepté "la reprise d'un processus politique inclusif sous les auspices des Nations unies", avait indiqué l'ONU samedi.

Le gouvernement yéménite "salue" la déclaration de l'ONU concernant "les efforts déployés sous les auspices des Nations unies  pour mettre fin à la guerre", a-t-il déclaré dans un communiqué samedi en fin de journée, exprimant également "ses remerciements" à l'Arabie saoudite et à Oman pour leurs efforts.

Pays le plus pauvre de la péninsule arabique, le Yémen est plongé depuis plus de huit ans dans une guerre opposant les Houthis aux forces gouvernementales appuyées depuis 2015 par une coalition dirigée par l'Arabie saoudite, et incluant notamment les Emirats arabes unis.

L'intervention de l'Arabie saoudite n'a pas permis de chasser les Houthis des vastes territoires dont ils ont pris le contrôle, et Ryad cherche désormais à sortir du conflit.

Les violences ont largement diminué depuis une trêve négociée par l'ONU en avril 2022, qui a expiré en octobre dernier mais qui est restée globalement respectée.

Le conflit a fait des centaines de milliers de morts et des millions de déplacés.

Selon l'ONU, l'accord annoncé samedi comprend également, entre autres engagements, la reprise des exportations de pétrole.

"Les Nations unies mènent désormais les négociations, les Saoudiens se retirant et permettant aux Nations unies de gérer les futurs accords politiques", a déclaré à l'AFP Ahmed Nagi, du groupe de réflexion International Crisis Group.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique