Jeudi, 25 avril 2024
International > Monde Arabe >

Dans un village du sud du Liban, on célèbre Noël malgré la guerre

AFP, Samedi, 23 décembre 2023

Dans l'église du village de Qlayaa, tout près de la frontière avec Israël dans le sud du Liban, le père Pierre al-Raï exhorte les fidèles : "puisque nous avons décidé de résister et de rester, vivons pleinement la joie de Noël"

Qlayaa
Un village du sud du Liban, on célèbre Noël malgré la guerre. Photo: AFP

Dans l'église du village de Qlayaa, tout près de la frontière avec Israël dans le sud du Liban, le père Pierre al-Raï exhorte les fidèles : "puisque nous avons décidé de résister et de rester, vivons pleinement la joie de Noël"

Le petit village vit au rythme des bombardements qui empêchent ses habitants de dormir la nuit. Les affrontements sont quotidiens entre Israël et le puissant Hezbollah pro-Iran depuis le déclenchement de la guerre à Gaza le 7 octobre.

"Bien sûr que nous sommes bouleversés par cette guerre (...), cela fait près de trois mois" qu'elle dure, affirme le prêtre en célébrant la messe dans l'église maronite Saint-Georges, devant des fidèles composés en majorité de personnes âgées et d'enfants.

"Mais puisque que nous avons décidé de rester dans ce village et dans les autres villages frontaliers, nous devons vivre la joie de Noël", ajoute-t-il.

Les frappes israéliennes touchent les abords de ce village verdoyant entouré d'oliviers, situé à moins de cinq kilomètres de la frontière.

Mais la localité elle-même a été épargnée, de même que d'autres villages chrétiens voisins, qui coexistent avec les localités musulmanes de la région dans cette région où le Hezbollah est prépondérant.

Près de 150 personnes ont été tuées au Liban depuis le début des affrontements, dont une centaine de combattants du Hezbollah, qui affirme mener des attaques quotidiennes contre Israël pour soutenir le Hamas. Au moins 12 personnes ont été tuées du côté israélien, dont huit soldats.

Temps difficiles

Les habitants de la zone frontalière sont habitués "aux temps difficiles", assure le père Antonios Farah, dans l'église où trône une crèche grandeur nature. "Mais nous avons décidé de célébrer Noël comme d'habitude. C'est notre façon de prier pour la paix".

Qlayaa a vécu pendant 22 ans sous occupation, de 1978 jusqu'au retrait israélien du Liban en 2000, sous la pression du Hezbollah. En 2006, une guerre a opposé la formation chiite à Israël.

Les rues de Qlayaa, d'ordinaire animées en cette période de fêtes sont quasi-désertes à la tombée de la nuit. Sur la place du village se dresse un énorme sapin décoré de boules rouges, entouré de rennes.

"Environ 60% de la population est restée dans le village", et aucun des expatriés n'est revenu pour les fêtes, explique le père Farah.

Dans une salle attenante à l'église, Mayssa Nahra, 25 ans, responsable des activités de la paroisse, aide des fillettes à décorer un arbre de Noël.

"Malgré la guerre qui nous entoure, on essaye autant que possible de vivre l'atmosphère des fêtes", affirme la jeune femme.

Suzy Salameh, 47 ans, a également décoré de guirlandes argentées et de lumières violettes un sapin dans sa maison. "Nous tentons de célébrer Noël malgré la guerre, les bombardements et les bruits incessants", dit-elle.

Elle se dit déterminée à faire comme tous les ans : "aller à la messe de minuit et passer le réveillon en famille, avoir un père Noël... J'espère que la naissance de Jésus sera la naissance de la paix dans notre pays et les pays qui nous entourent", ajoute-t-elle.

Dans sa maison proche de l'église, Layla Wanna, âgée de 67 ans, est assise avec son mari près de leur grand arbre de Noël aux lumières clignotantes.

"Nous ne sentons pas du tout la joie de Noël", affirme cette femme au foyer dont aucun des enfants ne passe les fêtes au village. "Certains des enfants sont à l'étranger, d'autres à Beyrouth". "Mais nous restons dans notre maison, nous n'en sortirons pas même si nous devons mourir".

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique