Mardi, 16 juillet 2024
International > Monde Arabe >

Guerre d'Israël à Gaza: Le bilan s'élève à 20 057 morts

Laila Ahmed , Vendredi, 22 décembre 2023

Au 77ème jour de la guerre, les bombardements israéliens s'intensifient dans plusieurs zones de la bande de Gaza. Les communications sont interrompues pendant 48 heures, et les aides humanitaires ne sont pas suffisantes.

s
un char israélien passe devant des débris de bâtiments dans la bande de Gaza au milieu des combats en cours avec le Hamas. Photo : AFP

Le bilan des victimes de l'agression israélienne contre la bande de Gaza s'est élevé à 20 057 morts et 53 320 blessés depuis le 7 octobre dernier, a annoncé le ministère palestinien de la santé à Gaza, vendredi 22 décembre.

390 Palestiniens ont perdu la vie et 734 ont été blessés dans la bande de Gaza au cours des dernières 48 heures, durant lesquelles les communications ont été interrompues, a indiqué le ministère.

Au 77ème jour de la guerre, les forces d'occupation israéliennes poursuivent leurs raids et bombardements sur plusieurs zones de la bande.

« L'armée d'occupation israélienne met en œuvre la politique du Ceinture de feu dans certaines zones de Khan Younès (Sud), en utilisant l'artillerie et les navires de guerre déployés le long de la côte de la bande de Gaza », a précisé la correspondante d’Al-Qahera News, vendredi. Il s'agit d'un bombardement féroce avec des missiles lourds, qui touche simultanément des quartiers entiers et peut se poursuivre pendant une heure entière. Il s'agit d'une tentative d'effacer ou d'anéantir des quartiers entiers. Par cette politique, Israël s'efforce de vider la zone, en vue de la contrôler.

L'objectif militaire d'Israël est de séparer les zones centrales de Khan Younès, qui comprennent le camp Nuseirat, Al-Bureij et Deir Al-Balah, selon la même source.

Aides humanitaires

Dans les jours qui ont suivi l’effondrement de la trêve temporaire entre Israël et le Hamas le 1er décembre, les pressions internationales se sont intensifiées pour qu'Israël rouvre le poste-frontière de Karm Abou-Salem afin d'augmenter le flux d'aide humanitaire aux millions de citoyens dépourvus de leurs nécessités de base.

En effet, l’accord de la trêve humanitaire entre le Hamas et Israël, qui est entré en vigueur le 24 novembre, stipulait que 200 camions d’aides seraient acheminés dans toutes les zones de la bande de Gaza, en plus de 4 camions de carburant.

Avant le 7 octobre, sous le blocus forcé par Israël pendant 17 ans, 400 à 500 camions de marchandises entraient à Gaza via le poste-frontière de Rafah, avec une aide humanitaire pour soutenir la population au quotidien, selon les Nations-Unies.

Le 11 décembre, l'armée israélienne a annoncé l'ouverture du passage du Karm Abou-Salem, pour inspecter l'aide à Gaza avant qu'elle n'entre par le terminal de Rafah. Toutefois, les aides sont loin d'être suffisantes.

Le vendredi 22 décembre, « 96 camions humanitaires entrent du côté palestinien du passage de Rafah », selon le correspondant d’Al Qahera News.

Le bombardement israélien du passage de Karm Abou-Salem, jeudi, a entraîné la mort de 4 personnes, dont le directeur palestinien du passage.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a approuvé vendredi une résolution destinée à améliorer l'aide à Gaza. Le nouveau projet de résolution, vu par l'AFP, appelle à « des mesures urgentes pour permettre l'accès humanitaire sûr immédiatement et sans entrave et aussi à créer les conditions pour une cessation durable des hostilités ».

Environ la moitié de la population à Gaza devrait se trouver dans la phase « d'urgence » -qui comprend une malnutrition aiguë très élevée et une surmortalité- d'ici le 7 février, selon un rapport du système de surveillance de la faim de l'ONU.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique