Samedi, 25 mai 2024
International > Monde Arabe >

Les Palestiniens de Gaza et le spectre de l'exode

AFP, Jeudi, 14 décembre 2023

Alors que la majorité des habitants de Gaza sont déplacés et que les troupes israéliennes s'enfoncent dans le territoire palestinien, des responsables de l'ONU agitent le spectre de l'expulsion des habitants vers l'Egypte.

s
Les Palestiniens fuyant après le bombardement israélien à Rafah Photo : AFp

Selon les Nations unies, plus de deux mois de guerre à Gaza, les combats ont forcé près de 85% de la population à quitter leur domicile.

Israël a ordonné aux civils de fuir toujours plus au sud, ce qui a eu pour effet de submerger la ville frontalière de Rafah.

Voici les principaux enjeux pour l'avenir des quelque 2,4 millions de Gazaouis :

Qui sonne l’alarme ?

Depuis le Qatar, le chef de l'ONU, Antonio Guterres, a mis en garde dimanche contre « une pression accrue en faveur d'un déplacement massif vers l'Egypte ». Ses remarques font écho à celles de Philippe Lazzarini, chef de l'agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), qui a averti que « les événements auxquels nous assistons témoignent de tentatives de déplacer les Palestiniens vers l'Egypte, qu'ils y restent ou qu'ils soient réinstallés ailleurs ».

Dans une tribune parue samedi dans le Los Angeles Times, il estimait que le pilonnage du nord de Gaza et la fuite de ses habitants vers le sud étaient « la première étape de ce scénario », l'étape suivante consistant à contraindre les civils à quitter la grande ville du sud de Gaza, Khan Younès, pour se masser à la frontière avec l'Egypte.

Israël veut-il forcer ses habitants à quitter Gaza ?

Interrogé sur ces propos, un porte-parole de l'organisme du ministère israélien de la Défense chargé des affaires civiles palestiniennes, le Cogat, a indiqué à l'AFP: "Il n'y a pas, il n'y a jamais eu et il n'y aura jamais de projet israélien de déplacer les habitants de Gaza en Egypte. Ce n'est tout simplement pas vrai".

Certains membres du gouvernement israélien ont toutefois publiquement défendu l'hypothèse d'un départ des Palestiniens du territoire.

Le mois dernier, le ministre des Finances, Bezalel Smotrich, a déclaré sur Facebook qu'il se félicitait de la "migration volontaire des Arabes de Gaza vers les pays du monde".

La ministre israélienne du Renseignement, Gila Gamliel, a quant à elle appelé la communauté internationale à "promouvoir la réinstallation volontaire" des Palestiniens "hors de la bande de Gaza", "plutôt que d'envoyer de l'argent pour reconstruire" le territoire.

Que dit le droit?

L'expulsion d'une population civile hors de son territoire est interdite par les conventions de Genève, qui constituent le cœur du droit humanitaire international.

« Si elle a lieu dans le cadre d'un conflit armé, il s'agit d'un crime de guerre », rappelle Sheila Paylan, avocate spécialisée dans les droits humains et ancienne conseillère auprès des Nations unies.

Les statuts de la Cour pénale internationale (CPI) désignent la « déportation ou le transfert forcé de population » comme un crime contre l'humanité.

Les dirigeants n'ont pas besoin d'annoncer que les gens doivent partir pour que cela soit considéré comme un transfert forcé, selon Mme Paylan. « Si vous rendez les conditions de vie impossibles pour les gens, alors ils n'ont pas le choix ».

De nombreuses condamnations ont été prononcées avec succès pour des déplacements forcés de civils, notamment par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, le Tribunal spécial pour la Sierra Leone et la CPI.

Que dit l'Histoire ?

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a prévenu que l'exode des Palestiniens de Gaza représenterait une « seconde Nakba ».

La « Nakba » ("catastrophe" en arabe) est le terme utilisé par les Palestiniens pour désigner l'exode de quelque 760.000 d'entre eux, poussés au départ à la création de l'Etat d'Israël en 1948.

Plus de 80% des habitants de Gaza sont des réfugiés ou des descendants de réfugiés de 1948. L'UNRWA dénombre quelque six millions de réfugiés palestiniens en Cisjordanie occupée, dans la bande de Gaza, en Jordanie, au Liban et en Syrie.

Que disent les autres pays?

Quelques jours après le début de la guerre, le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, a souligné que les habitants de Gaza devaient rester "inébranlables et se maintenir sur leur terre".

Les Etats-Unis, principal allié d'Israël, soutiennent la campagne militaire mais s'opposent à l'expulsion des Palestiniens. A la suite d'entretiens avec des dirigeants du Moyen-Orient, le secrétaire d'Etat, Antony Blinken, a jugé l'idée « pas envisageable ». « Nous n'y sommes pas favorables », a-t-il déclaré lors d'une interview accordée au Caire à la chaîne de télévision saoudienne Al-Arabiya.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique