Dimanche, 21 juillet 2024
International > Monde Arabe >

Après l'échec du Conseil de sécurité, Gaza au menu de l'Assemblée générale de l'ONU

AFP, Mardi, 12 décembre 2023

Prenant le relais après un nouvel échec du Conseil de sécurité paralysé, l'Assemblée générale de l'ONU se prononce sur une résolution exigeant "un cessez-le-feu humanitaire immédiat" dans la bande de Gaza, un texte non contraignant qui a toutes les chances de passer.

Gaza
Ambassadeur des États-Unis Robert A. Wood lève la main lors d’une réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la guerre d’Israël contre Gaza. Photo: AFP

Prenant le relais après un nouvel échec du Conseil de sécurité paralysé, l'Assemblée générale de l'ONU se prononce mardi 12 décembre, sur une résolution exigeant "un cessez-le-feu humanitaire immédiat" dans la bande de Gaza, un texte non contraignant qui a toutes les chances de passer.

Malgré la pression du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres qui craint un "effondrement total de l'ordre public" dans le territoire palestinien en guerre, un projet de texte réclamant ce cessez-le-feu humanitaire s'est heurté vendredi au Conseil de sécurité à un véto des Etats-Unis, puissant allié d'Israël.

Le Conseil avait déjà mis plus d'un mois après le début de la guerre entre Israël et le Hamas pour réussir à parler d'une seule voix, se contentant mi-novembre, après quatre textes rejetés, de demander des "pauses" humanitaires.

De nombreux pays et organisations de défense des droits humains ont déploré l'échec de vendredi, y compris Antonio Guterres qui a décrit un Conseil de sécurité à l'autorité et la crédibilité "compromises".

L'ONU ne cesse d'alerter sur la situation catastrophique à Gaza, où le système humanitaire est "au point de rupture" et où plus de 18.000 personnes ont été tuées selon le ministère de la Santé à Gaza.

"Nous devons arrêter cette guerre, et nous devons l'arrêter maintenant", a martelé mardi l'ambassadeur palestinien à l'ONU Riyad Mansour, insistant sur le "droit" des Palestiniens à être "en colère".

"Nous pensons que nous allons réussir à ce que la quasi-totalité de la communauté internationale appelle à un cessez-le-feu humanitaire", a-t-il ajouté, espérant ainsi envoyer "un message à Washington et à d'autres".

Amendement américain

A la demande des pays arabes qui veulent maintenir la pression après l'échec au Conseil, l'Assemblée générale votera mardi après-midi sur un texte qui reprend en grande partie la résolution bloquée vendredi par les Etats-Unis.

S'inquiétant de la "situation humanitaire catastrophique dans la bande de Gaza", il "exige un cessez-le-feu humanitaire immédiat", réclame la protection des civils, l'accès humanitaire et la libération "immédiate et inconditionnelle" de tous les otages.

Mais comme le texte adopté par l'Assemblée générale fin octobre -- qui appelait à une "trêve humanitaire immédiate, durable et soutenue, menant à la cessation des hostilités" --, il ne condamne pas le Hamas. Une absence systématiquement fustigée par Israël et les Etats-Unis.

Les Américains ont d'ailleurs déposé un amendement qui "condamne les attaques terroristes abominables du Hamas" du 7 octobre. Un amendement à la résolution de fin octobre contenant une condamnation similaire avait été rejeté.

Un autre amendement préparé par l'Autriche veut préciser que les otages sont détenus par "le Hamas et d'autres groupes".

La résolution de fin octobre avait recueilli 120 voix pour, 14 contre (dont Israël et Etats-Unis) et 45 abstentions, sur 193 Etats membres.

Les appels à un cessez-le-feu se multipliant, "on peut anticiper que la majorité sera plus grande" cette fois, a indiqué à l'AFP Richard Gowan, de l'International Crisis Group.

Elle se rapprocherait alors peut-être des quelque 140 voix qui ont plusieurs fois dénoncé l'invasion de l'Ukraine, un résultat que les Etats-Unis avaient vu comme une preuve de l'isolement de la Russie.

Mais même avec un soutien massif, "personne n'imagine que l'Assemblée générale puisse persuader Israël de cesser le feu, comme elle ne peut ordonner à Poutine de quitter l'Ukraine. L'objectif est de mettre les Américains de plus en plus mal à l'aise", a commenté Richard Gowan.

Même non contraignants, les "messages (de l'Assemblée générale) sont aussi très importants", a noté Stéphane Dujarric, porte-parole d'Antonio Guterres.

 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique