Dimanche, 14 juillet 2024
International > Monde Arabe >

Reporters tué et blessés au Liban le 13 octobre : Paris demande "que toute la lumière soit faite"

AFP, Mardi, 12 décembre 2023

Le ministère français des Affaires étrangères a appelé à ce que "toute la lumière soit faite" sur le bombardement qui a tué un journaliste de l'agence Reuters et blessé six autres, dont deux de l'AFP, le 13 octobre dans le sud du Liban.

Gaza
in this photo provided by Reuters, Issam Abdallah, A videographer for the news agency, poses for a selfie while working in maras. Photo: AP

Le ministère français des Affaires étrangères a appelé mardi 12 décembre, à ce que "toute la lumière soit faite" sur le bombardement qui a tué un journaliste de l'agence Reuters et blessé six autres, dont deux de l'AFP, le 13 octobre dans le sud du Liban.

"La France rappelle la nécessité de respecter le droit humanitaire international", "une obligation internationale et morale" impliquant de "protéger les civils, et notamment les journalistes, qui doivent pouvoir exercer leur profession librement et en toute sécurité", a indiqué le ministère dans un communiqué.

Une enquête de l'AFP publiée jeudi désigne un obus de char israélien comme étant à l'origine de cet incident.

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken avait réagi le jour même, considérant "important et approprié" l'établissement d'"une enquête complète et approfondie" sur le bombardement israélien.

Un porte-parole de l'armée israélienne avait pour son part souligné que le lieu où se trouvaient les journalistes était "une zone de combat active, où se produisent des échanges de tirs". "Se trouver dans cette région est dangereux", avait-il dit.

Issam Abdallah de Reuters, 37 ans, a été tué. Deux de ses collègues de la même agence, deux journalistes de la chaîne Al Jazeera, et deux de l'AFP ont été blessés - dont la photographe Christina Assi, 28 ans, grièvement atteinte, qui a subi une amputation de la jambe droite et reste hospitalisée.

L'AFP a enquêté en analysant et en recoupant les images de six médias présents ce jour-là avec les témoignages de journalistes, d'habitants et de sources sécuritaires, et en interrogeant plusieurs experts en armement.

Ces sept semaines d'investigations montrent qu'un obus de char de 120 mm stabilisé par des ailettes, exclusivement utilisé par l'armée israélienne dans la région, est à l'origine de la frappe mortelle, d'après les experts interrogés.

Les journalistes étaient clairement identifiables.

Dans son communiqué, le ministère français appelle une nouvelle fois "toutes les parties à faire preuve de retenue pour éviter un embrasement régional".

 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique