Mardi, 23 juillet 2024
International > Monde Arabe >

Un bilan de 17 177 morts depuis le début de la guerre contre Gaza : le ministère palestinien de santé

Chaïmaa Abdel-Hamid, Jeudi, 07 décembre 2023

350 morts enregistrés jeudi 7 décembre suite aux attaques des forces de l’occupation israéliennes intensifiées sur le Nord et le Sud de la Bande de Gaza.

gaza
Photo: AFP

Un bilan de 17 177 morts a été enregistré depuis le début de la guerre contre Gaza, dont 350 ont été tués durant les derniers 24 heures, selon le communiqué du ministère palestinien de la santé du jeudi 7 décembre. Le pronostic vital de 700 blessés est engagé. 

De violents combats se poursuivent et font rage jeudi dans et autour des plus grandes villes de la bande de Gaza, au 62e jour depuis le début de la guerre à Gaza. Selon les médias palestiniens des affrontements à l'arme lourde se sont également déroulé dans les zones nord de la bande de Gaza pendant la journée du jeudi.

Des frappes intenses sont lancées sans interruption sur trois quartiers densément peuplés au cœur de la cité de Gaza, laissant voir d’énormes panaches de fumées. 

 

Selon le Croissant rouge palestinien, environ 800 000 Palestiniens sont devenus privés de soins médicaux. Il a également assuré que 60% des blessés ont besoin d’être pris en charge par des hôpitaux à l’étranger. Il a également affirmé que 280 cadres travaillant auprès du Croissant rouge palestinien ont trouvés la mort à Gaza.   

Les écoles et les hôpitaux n’ont pas été épargnés des attaques israéliennes. Le jeudi, l’occupation a commis un nouveau massacre dans une école qui abrite des déportés au nord du secteur de Gaza. Au Sud dans la grande ville de Khan Younès, l’occupation a commis 7 massacres et a également visé la banlieue de l’hôpital Nasser. Les rues de Gaza sont actuellement remplies de déportés, selon Al-Qahera News.

Les forces israéliennes ont également détenus du mercredi au jeudi, au moins 30 Palestiniens en Cisjordanie occupée, dont des anciens prisonniers, a annoncé le « Club du prisonnier palestinien » selon Al-Qahera News. 

De plus des vidéos ont circulé montrant l'armée israélienne bandant les yeux et déshabillant des dizaines de Palestiniens à Gaza avant de les rassembler dans des camions et de les conduire vers des destinations inconnues. Parmi lesquels apparait le correspondant d'Al-Araby Al-Jadeed à Gaza, Diaa Kahlout, arrêté mercredi à Gaza ainsi qu'un groupe de ses frères, de ses proches et d'autres civils.

 

 

Aides minimes en carburant

Le conseil ministériel israélien a approuvé jeudi, l'augmentation de la quantité de carburant pour Gaza, passant de 60 000 à 120 000 litres par jour.

Une quantité qui est loin d’être suffisante pour répondre aux besoins de la bande de Gaza. Philippe Lazzarini, commissaire général de l’Office de secours et de travaux des Nations-Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) avait déclaré fin novembre « Nous avons besoin au moins de 160 000 litres de carburant par jour pour les opérations humanitaires de base. L’aide humanitaire ne peut pas être conditionnelle et ne doit pas être utilisée à des fins politiques ou militaires ».

En ce qui est de l’acheminement de l’aide humanitaire, le chef des opérations humanitaires de l'ONU, Martin Griffiths a indiqué jeudi « Nous n’avons plus ce qui peut être décrit comme une opération humanitaire à Gaza, et des négociations sont en cours entre Israël, l’Égypte, les États-Unis et les Nations Unies concernant l'ouverture du terminal de Karam Abou Salem pour acheminer l'aide ». Il a affirmé voir des "signes prometteurs" de l'ouverture "prochaine" de ce passage entre Israël et la bande de Gaza, assurant un deuxième accès à l'aide humanitaire.

Une ouverture de ce passage, qui s'ajouterait à celui de Rafah sur la frontière entre l'Egypte et Gaza, "changerait la nature même de l'accès de l'aide humanitaire" dont le territoire palestinien a désespérément besoin, a déclaré Griffiths lors d'un point de presse à Genève.

Dynamisme de la diplomatie arabe 

Dans un communiqué, Diaa Rachwan, le président de l’Organisme général de l’Information dit "L’Egypte assure son refus des pratiques criminelles de l’occupation ". Il a souligné que « Le Caire déploie des efforts maximaux avec ses partenaires pour rétablir la trêve à Gaza », selon Al-Qahera news. 

Lors d'une conférence de presse jeudi du Groupe ministériel arabe aux Nations Unies, le Représentant de l'Égypte auprès des Nations-Unies, l'ambassadeur Osama Abdel Khaleq a assuré que « Le Groupe arabe a préparé un projet de résolution visant à faciliter l'entrée de l'aide humanitaire dans la bande de Gaza » ajoutant qu’« il existe un mécanisme auquel les Nations Unies participeront pour coordonner l'entrée de l'aide par le point de passage terrestre de Rafah »

De son côté, le représentant palestinien auprès de l’Onu Riyad Mansour, a affirmé : « Nous travaillons à partir de demain pour que le Conseil de sécurité adopte cette résolution et commence à la mettre en œuvre, et nous espérons qu'une résolution sera présentée pour un cessez-le-feu à Gaza. » il a ajouté que  « Le Conseil de sécurité doit approuver immédiatement un cessez-le-feu à Gaza » a-t-il dit soulignant que Israël a jusqu’à présent tué plus de 17 000 Palestiniens à Gaza

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique